03.08.2015, 08:58

«On fait tout dans le désordre...»

chargement
Par JEAN-FRANÇOIS ALBELDA

A l'image de Berlin, l? o? le sextette parisien a r?ellement pris vie, Shaka Ponk est h?t?roclite, survolt?, excitant au possible. Et a fait de la deuxi?me main sa marque de fabrique. Sur son troisi?me album ?The Geeks and The jerkin' Socks?, le groupe revisite le rock n'roll fifties ? la sauce digitale, toujours emmen? par Goz, son singemascotte 3D cynique et malin qui porte sur sc?ne le message ?colo cher au band. Rencontre avec Frah, chanteur tatou? et d?jant?.

Apr?s un pr?c?dent album nomm? ?Bad Porn Movie Tracks?, vous continuez ? filer la m?taphore avec ?The Geeks and The jerkin' Socks??

(Rires) On ?tait dans une soir?e un peu bruyante o? on ?coutait le disque fra?chement fini et j'ai l'id?e de titre ?The Galactics and the surfing jocks? (Jocks pour disc jockeys). J'ai dit ?a ? l'oreille de notre chanteuse Sam qui l'a mal compris et au bout de la cha?ne, ?a a donn? ?The Geeks and The jerkin' Socks?. On a trouv? ?a mortel, le fait que le bruit du disque ait d?form? ainsi l'id?e de base! Et ?a collait pas mal ? notre c?t? ?geek?, ? notre travail acharn? sur des ordis pour faire de l'image et du son. Le ?Jerkin' Socks? ?tait aussi un clin d'?il ? une sc?ne d'?American Pie? qu'on trouve rigolote.

Le d?tournement, la r?interpr?tation, ?a fait vraiment partie de votre d?marche?

Oui, c'est vrai qu'on fonctionne comme ?a depuis le d?but. M?me si ?a nous porte parfois pr?judice car c'est un peu fouillis au niveau du style musical. On est encore dans un syst?me o? il est difficile de classer ce genre de son. Mais on ne s'est jamais mis de limites sur nos choix ou notre fa?on de faire.

Le travail sur l'image est tr?s pouss? depuis vos origines. Comment en ?tes-vous arriv? ? faire de la vid?o?

La question serait plut?t de savoir comment on en est arriv? ? ?tre un groupe de rock? (rires) C'est vraiment parti de potes qui font de l'image et un tout petit peu de son, sans intention de monter un groupe. On a cr?? ce singe, Goz, grand gourou qui d?crirait le monde des hommes en perdition. Un personnage fun, qui allait parler, chanter, avec des sons derri?re. Et ?a a d?riv? vers ce que le groupe est aujourd'hui. Pour nous, les deux aspects sont indissociables. On passe autant de temps ? bosser les images de sc?ne que les morceaux. Peut-?tre m?me plus. Bref, on fait tout dans le d?sordre. C'est le foutoir... (rires)

A l'?coute, il y a un petit c?t? ?Mano Negra 2.0?. Ce rapprochement vous parle-t-il?

C'est vrai qu'on adore la Mano Negra et c'est normal que ?a transparaisse. M?me on fait gaffe ? ne pas trop donner dans la copie-conforme.

Votre engagement ?cologique est-il toujours aussi important pour le groupe?

Oui, mais c'est un combat tr?s particulier. Il a y eu une phase o? il ?tait de bon ton pour les artistes de s'afficher ?colo. Certains labels nous disaient: ?C'est bon ?a. ?a fait vendre?? G?nial, on est ?colos et on veut vendre du plastique ? mort? On avait l'impression d'?tre des imposteurs. Alors on a frein? un peu au niveau du discours. On continue en offrant de la visibilit? aux associations quand on peut. Et chacun dans Shaka a son petit engagement personnel. Et apr?s toutes ces ann?es, on commence enfin ? avoir la visibilit? et la cr?dibilit? pour par exemple conclure un partenariat avec le WWF afin d'agir aupr?s des jeunes qui viennent nous voir en concert.

L'exp?rience de Berlin a ?t? d?cisive dans votre parcours?

Je pense que le groupe n'existerait pas sans Berlin. M?me si on a failli se crasher l?-bas? Le groupe ?tait parti dans le but de pas tourner en rond chez nous, dans la facilit?. On s'est mis dans cette situation berlinoise car elle ne nous laissait pas le choix. Il fallait survivre sans personne, juste gr?ce ? la Musique. Malgr? la d?che totale qu'on a v?cue, ?a nous a permis d'avancer artistiquement, et de faire na?tre un projet qui n'aurait jamais ?t? aussi intense ? Paris. On n'?tait plus les m?mes apr?s ?a et on cr?ait des trucs qui nous ?tonnaient nous-m?mes.

Comment la collaboration avec Bertrand Cantat sur le titre ?Palabra Mi Amor? s'est-elle faite?

Depuis le d?but de Shaka, les gens nous demandaient pourquoi on ne faisait jamais de chanson en fran?ais. Je leur disais qu'?crire en fran?ais ?tait trop dur pour moi. C'est un exercice qui demande ?norm?ment de talent. Comme on est tous des grands fans de Noir D?sir, j'ai toujours dit que si Bertrand Cantat ?tait un jour d'accord d'?crire un texte pour nous, on ferait un titre en fran?ais. Ensuite, on l'a rencontr? ? Bordeaux. Il a vu notre concert et est venu nous voir. On est devenus assez potes. Les choses se sont faites tr?s naturellement et simplement par la suite. La pol?mique, on s'en fout. Cette collaboration est n?e d'un contact humain et vrai.

?The Geeks and The jerkin' Socks?, Shaka Ponk, Disques Office, 2011. www.shakaponk.com Au Pal?o Festival le 22 juillet.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

ConcertLa Chaux-de-Fonds: l’art de larguer les amarres en chansonLa Chaux-de-Fonds: l’art de larguer les amarres en chanson

MusiquePeseux: les Chemins de traverse invitent le public dans leurs «Coulisses»Peseux: les Chemins de traverse invitent le public dans leurs «Coulisses»

GLISSEPlusieurs stations de ski sont partiellement ouvertes dans l’Arc jurassienPlusieurs stations de ski sont partiellement ouvertes dans l’Arc jurassien

ManifestationLe Locle: la bourse à la musique revient pour une deuxième éditionLe Locle: la bourse à la musique revient pour une deuxième édition

FestisubLes profondeurs de la planète attendent les visiteurs de FestisubLes profondeurs de la planète attendent les visiteurs de Festisub

Top