21.07.2009, 10:11

Le héros oublié... ou presque

chargement
Par MICHEL GRATZL

La Suisse consacre-t-elle à Arnold Winkelried, héros de la bataille de Sempach, toute la place qu'il mérite dans l'imaginaire collectif? Pas certain.

C'est peu dire qu'Arnold Winkelried peine à supporter la comparaison avec Guillaume Tell. Jusque dans sa propre maison, le sauveur de la nation sur la colline de Sempach est relégué... au sous-sol. Le château Winkelried de Stans, l'un des quatre musées cantonaux nidwaldiens, fait d'abord la part belle à la foi religieuse, à la culture et aux traditions de ce demi-canton de 40 000 âmes, avant de songer à celui qui devrait être le plus célèbre de ses fils, le plus honoré aussi.

Guide touristique dans la capitale nidwaldienne, Robert Ettlin confirme: «Stans a Winkelried, Altdorf Guillaume Tell. Reste que le premier est infiniment moins connu que le second, symbole de la Suisse autant que de son savoir-faire. Ici, les touristes étrangers viennent surtout pour le charme de nos paysages de carte postale, jamais contredits. Winkelried? Inconnu au bataillon ou peu s'en faut. En fait, nos hôtes le découvrent le plus souvent en même temps que le tour de ville, lorsqu'ils prennent un accompagnateur.»

Au cœur de Stans, où commence la visite, deux monuments rappellent le souvenir du héros de 1386. Il y a bien sûr la fameuse scène qui montre le barbu Nidwaldien embroché par les piques habsbourgeoises et reprise par tous les livres d'histoire; il y a aussi, plus discrète, une colonne ornant la fontaine de la petite place sur laquelle un sculpteur inconnu a représenté un Winkelried debout, en uniforme et en armes, portant fièrement les attributs guerriers de son rang, épée et bouclier notamment.

A quelques jets de pierre, jouxtant un terrain d'athlétisme, la maison des Winkelried, magnifiquement restaurée, avec ses salles aux plafonds parfois peints, parfois sculptés. En fait, l'imposant bâtiment à plusieurs corps, construit à différentes époques à partir du XIIIe siècle, et sur lequel maints propriétaires ont mis leur empreinte, n'a de Winkelried que le nom. Est-ce parce que le personnage et son rôle supposé à Sempach sont sérieusement mis en doute par les historiens? Est-ce parce que la famille unterwaldienne des Winkelried est éteinte, donc sans véritable porte-voix pour défendre sa figure historique? En tout cas, le musée n'offre que peu à voir et à lire sur Arnold: ici un tableau, là un document et encore faut-il descendre «à la cave», ce qui renforce le sentiment que le propriétaire des lieux n'est pas vraiment traité avec les égards dus à ses mérites, supposés ou bien réels.

Cette balade au pays de Winkelried serait incomplète sans un petit tour par Sempach, à 40 kilomètres de Stans, en remontant vers le nord. Ici les paysages lucernois ne doivent rien à leurs voisins nidwaldiens. Nous avions oublié que l'affrontement de 1386 entre les Confédérés et les Autrichiens du duc Leopold III ne s'était pas déroulé à Sempach même, mais sur une prairie située à deux kilomètres de là. Impossible de rater ce rendez-vous avec l'histoire. La petite route goudronnée qui serpente dans les pâturages vient littéralement buter contre l'auberge «Zur Schlacht», littéralement «A la bataille». En contrebas, une chapelle et sa fresque rappellent la mémoire des deux mille hommes tombés dans les deux camps au cours de combats qui permirent à la Suisse naissante de s'affranchir des prétentions des Habsbourg.

Leopold III et 1800 des siens furent d'ailleurs tués à Sempach, parmi lesquels 15% de la noblesse alsacienne, alliée à la maison des Habsbourg.

Dans les rangs helvétiques, un certain Arnold Winkelried, enfant d'Unterwald accouru - aux côtés d'Uranais et de Schwytzois, mais aussi de Zurichois - prêter main-forte aux Lucernois attaqués et que la légende allait consacrer, bien plus tard, héros de la patrie.

Les rabat-joie suspectent l'existence de Winkelried, son geste sacrificiel et l'efficacité de celui-ci à déchirer les lignes ennemies.

La Société helvétique, elle, n'a pas le moindre doute. Depuis deux siècles et demi, elle commémore chaque année la bataille de Sempach, présentant Arnold Winkelried comme une figure historique. Et même un combattant... des droits de l'homme. /MGR

Arnold Winkelried

Sur la place de Stans (NW), chef-lieu du demi-canton d'Unterwald, un monument datant de 1865 rappelle la mémoire du héros de la bataille de Sempach. L'œuvre est signée du sculpteur Ferdinand Schlöth. Le mémorial est en marbre de Carrare. C'est la scène la plus connue de Winkelried, récupérée et accommodée à toutes les sauces, y compris culinaires. Percé de lances, le chevalier gît au sol sur un autre corps, alors qu'un soldat assène un coup de massue à l'ennemi à Travers la brèche ouverte par qui vous savez. /mgr

Stans: la maison de Winkelried

La maison de Winkelried date du Moyen Age. Le Conseil d'Etat du canton de Nidwald en a fait l'acquisition voici dix-huit ans. C'est, depuis, l'un des quatre musées cantonaux. Il est ouvert en principe le week-end seulement. /mgr

Bons plans

Balade à Stans
Plein les yeux
La bourgade se découvre facilement à pied. Victime d'un incendie ravageur en 1713, ce chef-lieu de 8000 habitants abrite de très belles maisons patriciennes de style baroque, en particulier autour de la «Dorfplatz».
L'Office du tourisme de Stans (place de la Gare 4) a fait éditer un guide de poche gratuit qui recense une centaine de points d'intérêt.

La galette Winkelried
Plein la bouche
Elle est rustique, à la mesure du personnage dont elle s'inspire. Nourrissante aussi. Recouverte d'un glacis parfumé à l'anis qui montre la mythique scène de Sempach, la galette rappelle le petit pain aux raisins, fourrée de pâte d'amande.
On la trouve au prix de 11 francs à la confiserie Frei (Stansstaderstrasse 35).

Petit itinéraire didactique



La stèle de Sempach
Sur la prairie où s'est déroulée la bataille de Sempach, le 9 juillet 1386, entre Confédérés et Autrichiens de Leopold III, un bloc de granit et ces mots qu'on peut traduire par: «Ici Winkelried a ouvert la voie aux siens.» Allusion à la phrase que le héros aurait prononcée: «Je veux vous ouvrir une voie, prenez soin de ma femme et de mes enfants.»


Hôtel avec vue imprenable
La petite commune de Stansstadt, son port, son hôtel Winkelried (mais oui!) et sa terrasse offrent une vue incomparable sur le haut lac des Quatre-Cantons. Ici on l'appelle lac de Lucerne. A quinze minutes en voiture de la métropole de Suisse centrale, mieux - si l'on choisit de prendre son temps, et pourquoi se gêner? -, à une heure en bateau du centre de la cité au célèbre pont de bois. L'embarcadère est situé à une bouée de l'établissement public.



Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

LoisirsA La Chaux-de-Fonds, on sort le bob pour aérer les enfantsA La Chaux-de-Fonds, on sort le bob pour aérer les enfants

MusiqueLa Chaux-de-Fonds: le Moment baroque sauve son concertLa Chaux-de-Fonds: le Moment baroque sauve son concert

ConcertNeuchâtel: la pianiste Brigitte Meyer donne un concert… en ligneNeuchâtel: la pianiste Brigitte Meyer donne un concert… en ligne

EcoleFermé, le Laténium de Neuchâtel s’invite à l’écoleFermé, le Laténium de Neuchâtel s’invite à l’école

ÉvénementLe minigolf de Neuchâtel organise un blind test confinéLe minigolf de Neuchâtel organise un blind test confiné

Top