02.08.2015, 19:52

Insomnies et névroses à Boston

chargement
Par Laurence de Coulon

CRITIQUE - PAR LAURENCE DE COULON 

«Nuits insomniaques», ainsi que son titre le suggère, vous fera passer des nuits blanches. Ce n'est pas la terreur qui vous maintiendra éveillé, il ne s'agit absolument pas de cela dans ce roman sur l'insomnie et ses remèdes. Serait-ce alors ses personnages, Ian et Bonnie, ces deux losers pathétiques mais attachants et drôles, qui rendent ce livre si captivant? Car après tout, c'est bien leur vie que l'auteur américain Robert Cohen raconte.

Bonnie élève seule ses deux garçons, Petey, un petit garçon angoissé, et Alex, toujours prêt à entamer une nouvelle dispute. Son ex-mari les a abandonnés pour se consacrer au théâtre, et elle se sent débordée par leur éducation, le ménage et sa thèse interminable. Si débordée qu'elle ne dort plus, ou débordée parce qu'elle ne dort plus. De son côté, Ian, un petit génie qui se demande s'il va continuer à récolter les fruits de sa précocité et avoir enfin une vie sexuelle digne de ce nom, - pourquoi pas avec sa collègue asiatique -, étudie les effets d'une molécule sur le sommeil d'araignées et de poissons à l'Hôpital général de Boston. Lorsque sa collègue lui envoie Bonnie et ses problèmes, Ian se réjouit de tester son médicament sur un être humain.

L'humour véhiculé par ces deux personnages participe sans doute à la réussite de «Nuits insomniaques». Le cynisme de Bonnie dépeint sur tout, et le décalage entre les espoirs de Ian et ses résultats véritables navre et fait rire à la fois. Sans parler des situations cocasses, comme cette interminable réunion des parents de la maternelle autogérée de Petey. Alors que Bonnie ne rêve que de rentrer à la maison, des mères hypercompétentes et très engagées se battent pour changer la matière des gobelets à café et améliorer les avantages sociaux des employés de la maternelle.

Des personnages incroyablement vivants et de l'humour mis au service d'une question passionnante: à qui bénéficient tous ces médicaments censés faire du bien à l'humanité?

 

«Nuits insomniaques», Robert Cohen, traduit de l'anglais par Lazare Bitoun, éd. Joëlle Losfeld, 464 pages

critique

'


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

ConférenceLa Chaux-de-Fonds: Sylvain Prudhomme au Club 44La Chaux-de-Fonds: Sylvain Prudhomme au Club 44

ConcertLe trompettiste Jacques Coursil au Pommier: «Rassurez-vous, ce ne sera pas une lecture!»Le trompettiste Jacques Coursil au Pommier: «Rassurez-vous, ce ne sera pas une lecture!»

Neuchâtel: Jacques Coursil au Pommier

Trompettiste, philosophe et mathématicien, Jacques Coursil donnera un récital poétique vendredi 21 février au théâtre...

  18.02.2020 14:17
Premium

Café citoyenNeuchâtel: un café citoyen pour débattre des enjeux sociaux et politiques d’internetNeuchâtel: un café citoyen pour débattre des enjeux sociaux et politiques d’internet

ThéâtreGorgier: «Les héritiers», la nouvelle comédie de La BelineGorgier: «Les héritiers», la nouvelle comédie de La Beline

La Beline tacle «Les héritiers»

La troupe de La Beline revient sur les planches avec une nouvelle pièce d’Alain Krief, une comédie entre héritage et…...

  18.02.2020 11:27

Cinéma«Thiel le Rouge», sur la piste d’un espion neuchâtelois très discret«Thiel le Rouge», sur la piste d’un espion neuchâtelois très discret

Top