02.08.2015, 19:45

Comment Berlusconi vampirise l'Italie

chargement
Par RAPHAËL CHEVALLEY

Réalisé par l'humoriste Sabrina Guzzanti, «Draquila» dénonce frontalement l'instrumentalisation politique du tremblement de terre de L'Aquila par Silvio Berlusconi et explique de façon édifiante comment le président italien a vampirisé tout un pays.

Sabrina Guzzanti est une figure satirique qui fait rire nombre d'Italiens. Virée de la télévision, elle a choisi le cinéma pour détailler les frasques du Cavaliere. Dans «Viva Zapatero!» (2005), elle sondait les atteintes à la liberté d'expression. Aujourd'hui, elle dévoile les mécanismes d'un système autoritaire…

Le 6 avril 2009, à L'Aquila dans les Abruzzes, un tremblement de terre fait 308 victimes. Berlusconi, dont l'image est ternie à cause du scandale des escort girls dans sa villa, en profite pour redorer son blason. Faisant d'une pierre deux coups, il s'impose comme le sauveur des sans-abri et enrichit les industriels, voire la mafia, via les deniers publics. A partir de cette catastrophe, «Draquila» révèle un président raciste et homophobe, qui n'a pas seulement modifié les lois pour éviter les attaques en justice, mais aussi pour se donner les moyens d'agir en tyran!

Alternant les interviews d'une population désinformée avec les archives de la TV, Guzzanti étaie son argumentation avec humour et pudeur. Rythmant son film de papiers découpés animés sur une Musique techno, elle donne une forme ludique à son brûlot: avec son ami Guido Bertolaso, qu'il a placé à la tête de la protection civile en changeant dans la constitution le terme «catastrophe» par «événement majeur», Silvio Berlusconi applique l'état d'urgence et ses propres lois unilatérales en toute circonstance - des ordures de Naples aux processions du Vatican, etc. Dès lors, à L'Aquila, les membres de la PC enferment les habitants dans des camps, se réservant un juteux marché immobilier. Une escroquerie professionnelle, dont Berlusconi a le secret depuis qu'il a commencé dans la construction, alors qu'il avait encore de vrais cheveux.

Sélectionné à Cannes en 2010, «Draquila» n'a pas reçu de Palme d'or «politique», comme «Fahrenheit 9/11» de Michael Moore, mais a fait scandale suite à l'annulation de la visite du ministre italien de la Culture. Cependant, ce film mérite une large audience, parce que, du point de vue de Guzzanti, l'Italie est une dictature. /RPH

La Chaux-de-Fonds, ABC; 1h39


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

PatrimoineUn guide pour partir à la découverte des vitraux de l’artiste loclois LermiteUn guide pour partir à la découverte des vitraux de l’artiste loclois Lermite

A la découverte des vitraux de Lermite

A partir des années 1950, le peintre loclois Lermite a réalisé des œuvres monumentales pour décorer des bâtiments...

  21.02.2020 15:20
Premium

CinémaSamir: «Comme un «Toto» suisse à Dübendorf»Samir: «Comme un «Toto» suisse à Dübendorf»

Jeune publicLe Locle: de drôles d’oiseaux jouent les guides au Château des MontsLe Locle: de drôles d’oiseaux jouent les guides au Château des Monts

Bons plansMétal, rap, electro et chill: on fait la noce ce week-end?Métal, rap, electro et chill: on fait la noce ce week-end?

ExpositionSaignelégier: près de 50 artistes pour célébrer les 40 ans du café du SoleilSaignelégier: près de 50 artistes pour célébrer les 40 ans du café du Soleil

Le Soleil fête ses 40 ans en peinture

Pour ses 40 ans, le café du Soleil, à Saignelégier, invite 45 artistes pour quatre expositions échelonnées au cours de...

  20.02.2020 17:35
Premium

Top