17.01.2019, 07:25

Santé: les dons d’organes ont augmenté en 2018 grâce à un nombre record de donneurs

chargement
L'an dernier, 440 patients ont pu bénéficier d'organes prélevés sur 158 personnes décédées. (illustration)

Santé Les dons d’organes ont augmenté aussi en 2018, en confirmant la tendance à la hausse constatée depuis plus de dix ans. Le nombre de donneurs n’a jamais été aussi élevé.

Les dons d’organes ont une nouvelle fois augmenté en 2018. L’an dernier, 440 patients ont pu bénéficier d’organes prélevés sur 158 personnes décédées, un chiffre jamais atteint auparavant en Suisse.

En 2017, 406 personnes avaient pu se faire transplanter, tandis que le nombre de donneurs décédés était de 145. Après une baisse en 2016, on a ainsi retrouvé la tendance à la hausse constatée depuis plus de dix ans. Le taux de dons d’organes par million d’habitants a passé de 13,7 en 2013 à 18,6 en 2018, a indiqué jeudi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Objectif juste pas atteint

Ce total se subdivise entre 14,9 dons suite à une mort cérébrale causée par des lésions cérébrales et 3,7 dons suite à une mort cérébrale après un arrêt cardio-circulatoire. La Confédération avait pour objectif d’atteindre fin 2018 un taux de 20 donneurs par million d’habitants, un objectif manqué de peu.

Le nombre de personnes inscrites sur la liste d’attente pour bénéficier d’une greffe d’organe a légèrement diminué par rapport à l’année précédente: ils étaient 1478 patients fin 2017 et 1412 fin 2018. Sur ce nombre, seuls 45% environ étaient admissibles pour une transplantation. Les autres ne pouvaient y accéder pour des raisons médicales.

Grâce au plan d’action défini pour les années 2013-2018, les hôpitaux sont mieux équipés pour le don d’organes: ils disposent de davantage de personnel spécialisé et formé. Ce plan d’action a été prolongé jusqu’en 2021 et certaines mesures adaptées. L’objectif est d’augmenter le taux de donneurs à 22 par million d’habitants.

Procédures harmonisées

Il est prévu d’établir des règles pour une procédure uniformisée au niveau suisse concernant les dons d’organes suite à une mort cérébrale après un arrêt cardio-circulatoire et pour les dons de tissus. Il est aussi prévu d’améliorer les entretiens avec les proches à l’hôpital.

La campagne nationale se poursuit autour d’un nouveau spot TV, qui démarrera fin février, et de différentes mesures d’accompagnement. Depuis le lancement de la campagne en 2016, plus de 400’000 cartes de donneurs ont été commandées et 66% des personnes sondées expriment une opinion positive par rapport au don d’organes.

Registre depuis octobre

Pour rappel, le don d’organes est facilité depuis le 1er octobre 2018. La fondation Swisstransplant a lancé le Registre national du don d’organes, une alternative moderne à la carte de donneur destinée à rendre le choix des proches plus facile en cas de décès.

Le Registre national permet ainsi aux proches de savoir plus facilement avec certitude si le défunt voulait ou non faire don de ses organes et tissus. Pour la moitié des décès survenant dans une unité de soins intensifs, les proches ne connaissent pas la volonté du défunt sur la question du don d’organes.

ATS

À lire aussi...

santéMalgré une tendance positive, il n'y a toujours pas assez de dons d'organes en SuisseMalgré une tendance positive, il n'y a toujours pas assez de dons d'organes en Suisse

santéDon d'organes: Swisstransplant lance le premier registre nationalDon d'organes: Swisstransplant lance le premier registre national

initiative populaireDons d’organes: les Suisses voteront sur le consentement présuméDons d’organes: les Suisses voteront sur le consentement présumé

Les Suisses voteront sur le don d’organe

L’initiative «Pour sauver des vies en favorisant le don d’organes» a formellement abouti. Avec ce texte, toute personne...

  23.04.2019 15:26

santéDon d'organes: tous les 5 jours, un patient décède, les cantons latins veulent que ça changeDon d'organes: tous les 5 jours, un patient décède, les cantons latins veulent que ça change

Top