Perturbateurs endocriniens: une centaine de scientifiques dénoncent des collègues "achetés" par des industriels

chargement

coup de gueule Une centaine de scientifiques du monde entier ont publié ce mardi une tribune dans Le Monde pour dénoncer certains de leurs collègues qui, payés par des lobbies industriels, nient ou sous-estiment la dangerosité des perturbateurs endocriniens pour la santé humaine.

  29.11.2016, 18:10
Selon ces scientifiques européens et américains, on perd du temps sur la question des perturbateurs endocriniens, comme on l'a fait avec le tabac ou le climat (illustration).

Près de cent scientifiques européens et américains ont dénoncé mardi les "intérêts industriels". Des groupes de pression "déforment délibérément des preuves scientifiques" pour empêcher la réglementation des perturbateurs endocriniens.

"Le projet d'établir une réglementation de ce type dans l'Union européenne est activement combattu par des scientifiques fortement liés à des intérêts industriels, produisant l'impression d'une absence de consensus, là où il n'y a pourtant pas de controverse scientifique", estiment les signataires d'une tribune publiée par Le Monde.

Cette méthode de la "manufacture du doute" est régulièrement utilisée lorsque des découvertes scientifiques touchent "de puissants intérêts industriels", soulignent les scientifiques, parmi lesquels l'endocrinologue du CNRS Barbara Demeneix ou le toxicologue de l'université britannique de Brunel Andreas Kortenkamp.

 

Climat, pesticides et tabac

Les précédents de l'industrie du tabac, du secteur agrochimique ou du Réchauffement climatique ont "retardé des actions préventives et eu de graves conséquences pour la Santé des populations et l'environnement", avertissent-ils.

Selon eux, "la très grande majorité des scientifiques activement engagés dans la recherche des causes (de l'augmentation des maladies en lien avec le système hormonal) s'accordent pour dire que plusieurs facteurs y contribuent, dont les produits chimiques capables d'interférer avec le système hormonal", appelés perturbateurs endocriniens.

 

Timidité de l'UE

Alors que la "seule solution" pour enrayer ces effets délétères est de "prévenir l'exposition aux produits chimiques à l'aide d'une réglementation plus efficace", les signataires se disent "préoccupés par les options réglementaires que propose Bruxelles".

La publication de cette tribune intervient alors que l'Union européenne peine à se mettre d'accord sur une définition des perturbateurs endocriniens. Avec plus de deux ans de retard, la Commission a proposé en juin une définition qui qualifie de perturbateur endocrinien toute substance ayant des effets indésirables sur la santé et sur le système hormonal, et dont le lien entre les deux est prouvé.

 

Cette proposition "requiert un niveau de preuve bien plus élevé que pour d'autres substances dangereuses, comme celles cancérigènes. Dans la pratique, il sera très difficile de reconnaître une substance dangereuse comme perturbateur endocrinien", avertit la tribune.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

SantéLongévité: les Européens vivent plus longtemps, mais pas en meilleure santéLongévité: les Européens vivent plus longtemps, mais pas en meilleure santé

SantéSanté: 22% des suisses renoncent à des soins pour des raisons financièresSanté: 22% des suisses renoncent à des soins pour des raisons financières

maladieSanté: les cas de diabète sont en augmentation et provoquent plus d'1,5 millions de décès par anSanté: les cas de diabète sont en augmentation et provoquent plus d'1,5 millions de décès par an

SantéSanté: 30 à 50 millions supplémentaires seront investis pour maîtriser le cancer d'ici 10 ansSanté: 30 à 50 millions supplémentaires seront investis pour maîtriser le cancer d'ici 10 ans

Top