02.08.2015, 19:43

Matière grise contre matière grasse, les études balancent

chargement
Par JEAN-LUC RENCK

Le surpoids est-il à l'origine d'un allégement cérébral, ou est-ce l'inverse? De troublantes observations ont mis les chercheurs en appétit.

En 2009, après examen au scanner du cerveau de 94 septuagénaires en bonne forme intellectuelle, Paul Thompson et ses collègues de l'Université de Californie ont montré que les sujets avec le plus fort indice de masse corporelle - poids divisé par taille au carré - avaient aussi les cerveaux en proportion les plus petits: jusqu'à 8% de moins en cas d'obésité.

Ce déficit de matière cérébrale affecte les lobes frontaux et temporaux, essentiels pour planifier, s'adapter, contrôler ses comportements. De quoi étayer l'observation que l'obésité accroîtrait le risque de démence dans les vieux jours. Pour Thompson, l'excès de graisse dans des artères réduirait l'apport d'oxygène et de nutriments dans le cerveau, entraînant la destruction de cellules - l'insuline a été lavée du soupçon d'être l'agent destructeur. Et Thompson de souligner les bienfaits, pour ces mêmes zones cérébrales, de l'exercice physique stimulant leur irrigation.

Le Dr Antonio Convit, de la New York University School of Medicine, a lui aussi constaté un allégement cérébral chez des sujets en surpoids, jeunes ceux-là: 91 adolescents de même classe sociale, 54 obèses - 136 kg en moyenne! - et 37 de poids normal. Scans de cerveaux, tests cognitifs spécifiques des performances des lobes frontaux, questionnaire sur le comportement alimentaire: au final, il apparaît que les adolescents affichant le moins de contrôle alimentaire, le plus d'impulsivité «grignoteuse» et se trouvant de ce fait en surpoids, présentent un cortex orbitofrontal plus petit que les adolescents sveltes, et obtiennent de moins bons résultats qu'eux lors des tests.

Cette corrélation troublante ne dit rien cependant de ce qui est cause et ce qui est effet. Un cortex réduit prédispose-t-il à l'obésité par un défaut de contrôle? Ou est-ce l'inverse, sachant que l'obésité stimule le système immunitaire et engage l'organisme dans un état inflammatoire chronique qui pourrait affecter le cerveau, ce qui refermerait «un cercle vicieux d'inflammation et dommages cérébraux menant à toujours plus de prise alimentaire désinhibée et donc d'obésité», selon le Dr Convit?

Sur internet, des commentaires de lecteurs en surpoids hésitent entre déculpabilisation à se découvrir un cerveau plus difficile à raisonner et consternation à encaisser un cortex raisonnant plus difficilement. Une universitaire qui avait pris quelques kilos a «compris» sa stagnation académique: ses collègues sont tous sveltes! Mais pour intéressants qu'ils soient globalement, ces résultats n'en appellent pas moins une approche individuelle… /JLR

Exemple à contrepoids

La recherche médicale, souvent, embrouille davantage les choses qu'elle les éclaircit. Une étude canadienne tombe ainsi bien lourdement à l'heure où le surpoids est suspecté, entre autres inconvénients, d'empâter les capacités intellectuelles. D'où des encouragements de plus à l'exercice physique. Or à l'Université de Toronto, Mary Tierney conclut que les femmes qui se livrent à l'exercice physique intensément s'exposent au risque de… dommages cognitifs plus tard! En cause: une réduction du taux d'œstrogènes par la pratique sportive. Sachant qu'un bas niveau d'œstrogènes chez les femmes en préménopause a été corrélé à des fonctions mentales diminuées, Tierney a questionné 90 femmes en ménopause, en bonne Santé, sur leurs exercices physiques passés, testant par ailleurs leurs performances intellectuelles. Résultat: un déclin «statistiquement significatif» des performances chez celles qui disaient s'être exténuées, comparées aux plus modérées! L'histoire ne dit pas si Tierney solde ainsi de mauvais souvenirs en leçons de gymnastique. /jlr


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

EpidémieCoronavirus: six personnes contaminées près de Milan, dont une en état graveCoronavirus: six personnes contaminées près de Milan, dont une en état grave

EpidémieCoronavirus: cinq Suisses rapatriés, une vingtaine de personnes en quarantaineCoronavirus: cinq Suisses rapatriés, une vingtaine de personnes en quarantaine

SantéMesures anti-tabac: la Suisse fait figure de mauvais élèveMesures anti-tabac: la Suisse fait figure de mauvais élève

EpidémieCoronavirus:  le bilan dépasse 2000 morts, mais l’OMS se veut rassuranteCoronavirus:  le bilan dépasse 2000 morts, mais l’OMS se veut rassurante

MaladieSanté: l’épidémie de grippe a dépassé son pic en SuisseSanté: l’épidémie de grippe a dépassé son pic en Suisse

Top