Le syndrome de l'alimentation sélective touche de nombreux élèves

chargement

PSYCHOLOGIE Une étude de l'Université de Fribourg annonce qu'un cinquième des enfants en âge scolaire présentent des symptômes d'alimentation sélective, un trouble alimentaire moins connu que la boulimie ou l'anorexie.

  08.05.2013, 14:00
20,3% des enfants sondés présentent des symptômes d'alimentation sélective.

Derrière la boulimie et l'anorexie, d'autres troubles alimentaires moins connus touchent bon nombre de jeunes. Un cinquième des enfants en âge scolaire présentent des symptômes d'alimentation sélective, selon une étude de l'Université de Fribourg.

Ceux-ci rejettent de nombreux aliments et ne mangent qu'une gamme de nourriture très étroite. D'autres désordres peuvent peser sur leur développement, comme le trouble émotionnel d'évitement alimentaire, ou encore la dysphagie fonctionnelle, qui consiste à refuser de manger par peur de s'étouffer ou de vomir.
 
Pas seulement les petits
 
Ces phénomènes ont déjà été étudiés pour la petite enfance. En revanche, c'est la première fois qu'un travail chiffré est effectué avec un échantillon d'enfants en âge scolaire, non pris en charge cliniquement, a indiqué mercredi l'Université de Fribourg.
 
Le sondage a été mené dans les cantons de Vaud, Fribourg et Berne. Il porte sur 730 enfants âgés de 8 à 13 ans, dont environ la moitié sont francophones et les autres germanophones.
 
Dans le détail, 20,3% des enfants sondés présentent des symptômes d'alimentation sélective. L'alimentation évitant avec trouble émotionnel et la dysphagie fonctionnelle semblent moins répandues, avec des taux respectifs de 7,9% et 1,6%.
 
Selon les auteurs de l'étude, celle-ci montre que les comportements alimentaires restrictifs ou évitant, jusqu'à présent surtout observés comme phénomène dans la petite enfance, connaissent aussi une prévalence relativement fréquente chez des enfants plus âgés.
 
Mesures préventives
 
En illustrant comment ces troubles apparaissent chez les enfants en âge d'aller à l'école, ces chiffres permettent d'établir des mesures préventives, selon la responsable de l'étude Simone Munsch, professeure en psychologie clinique à l'Université de Fribourg.
 
Ces conclusions ont été publiées dans la revue allemande "Zeitschrift für Gesundheitpsychologie". Elles font partie d'une étude du Fonds national suisse menée par l'Université de Fribourg avec une professeure de l'Université de Leipzig (D).
 
Dans une seconde étape, l'étude s'intéresse désormais à l'alimentation incontrôlée chez les enfants du même âge: ils souffrent d'un sentiment de manque de contrôle lorsqu'ils mangent, ce qui les pousse à se suralimenter.

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

étudeSommeil: les Suisses ne dorment que sept heures par nuit en moyenneSommeil: les Suisses ne dorment que sept heures par nuit en moyenne

SantéSanté: moins de vaccinations enregistrées chez les enfants en 2020Santé: moins de vaccinations enregistrées chez les enfants en 2020

SantéSanté: plus de mortalité infantile, mais moins de naissances avant termeSanté: plus de mortalité infantile, mais moins de naissances avant terme

SantéLe CHUV ouvre la première banque de lait maternel en Suisse romandeLe CHUV ouvre la première banque de lait maternel en Suisse romande

TendanceSanté: stress au travail, troubles du sommeil et épuisement en hausse, surtout chez les femmesSanté: stress au travail, troubles du sommeil et épuisement en hausse, surtout chez les femmes

Top