02.08.2015, 19:51

La Suisse peut mieux faire

chargement

La qualité de la prévention dans les policliniques universitaires suisses est bonne, selon la première étude menée sur ce sujet. Mais il est possible d'améliorer le dépistage de certaines maladies comme le cancer du sein ou colorectal, ou le conseil pour l'arrêt du tabac.

Publiée dans le «Journal of General Internal Medicine», l'étude a porté sur 1002 patients âgés de 50 à 80 ans, dont 44% de femmes, suivis en 2005 et 2006 par les policliniques médicales universitaires (PMU) de Lausanne, Genève, Bâle et Zurich. Il s'agit d'une première tentative en Europe continentale de documenter la qualité de toute une série de soins préventifs et de dépistage. Un total de 37 critères internationalement reconnus ont été utilisés.

En Suisse, il n'y a pas de mesure systématique de la qualité /quantité de la prévention, et il y a donc une marge d'amélioration, comme le montrent les résultats de l'étude. Pour le Dr Rodondi, il faudrait en particulier davantage de formation prégraduée et continue pour les médecins généralistes dans le domaine de la prévention et des dépistages. /ats


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

MédecineSanté: le dossier électronique du patient repoussé à l’étéSanté: le dossier électronique du patient repoussé à l’été

EnquêteClimat, malbouffe, tabac: l’ONU inquiète pour la santé des enfantsClimat, malbouffe, tabac: l’ONU inquiète pour la santé des enfants

EpidémieCoronavirus:  le bilan dépasse 2000 morts, mais l’OMS se veut rassuranteCoronavirus:  le bilan dépasse 2000 morts, mais l’OMS se veut rassurante

RechercheMédecine: de la «colle à moules» pour réparer les coeurs endommagésMédecine: de la «colle à moules» pour réparer les coeurs endommagés

En chiffresTabagisme: 27% des Suisses fument, une habitude qui touche davantage les jeunesTabagisme: 27% des Suisses fument, une habitude qui touche davantage les jeunes

Top