02.08.2015, 19:52

«George», ou la femme sous un autre jour

chargement
Par CHRISTELLE MAGAROTTO

Le magazine «George» fête son premier anniversaire et la sortie de son troisième numéro. Décalé et pertinent, il célèbre la femme dans toutes ses déclinaisons.

«On ne naît pas femme: on le devient. Aucun destin biologique, psychique, économique ne définit la figure que revêt au sein de la société la femelle humaine.» En 1949, Simone de Beauvoir remettait en question la notion de genre dans «Le deuxième sexe». Six décennies plus tard, le sujet est toujours aussi brûlant. Le magazine «George» s'y attaque avec ferveur. «Il y a une alternative au modèle féminin», explique Nathalie Imhof, rédactrice en cheffe adjointe de la revue. «Le maquillage n'est pas un artifice nécessaire. Nous voulons présenter des femmes qui s'assument, qui font ce qu'elles ont envie de faire, loin des stéréotypes établis.»

Ainsi, après un an d'existence et un troisième numéro, la rédaction du magazine nous fait rencontrer aussi bien une avocate russe au look dépassé qui défend les droits d'un oligarque du pétrole, tout comme ceux de citoyens ordinaires. On rencontre également Sissi, «l'impératrice des Pâquis», un travesti alambiqué qui rend hommage aux femmes dans les rues de Genève à grands coups d'excentricité. Les codes sont brouillés, mais le message lui est clair. Avec «George», on est définitivement loin des «Marie-Claire», «Marie-France» et autres apologies d'un genre qui se doit de plaire. Et le tout sans jamais tomber dans la vulgarité.

La ligne graphique est épurée. Avec sobriété, au fil des pages, elle se décline au détour d'illustrations pensées elles-aussi avec grand soin. Le style s'impose pour nourrir le propos. A l'image de ces portraits particuliers que le magazine dresse: clown, artiste et autre Pipilotti Rist, il est un tout cohérent et entier qui s'assume.

Par ailleurs, depuis sa création, «George», mené par une dizaine de professionnels bénévoles des métiers de l'édition, a pour habitude de sortir de ses pages pour aller à la rencontre de ses lecteurs. Plusieurs soirées ont déjà été organisées, mais cette année, l'équipe veut aller plus loin encore, en montant une exposition itinérante. Elle se fera tribune d'expression artistique et favorisera la rencontre avec les personnages qui peuplent les différentes rubriques de la revue. Plus que d'offrir un divertissement ponctuel, ou une opportunité de réflexion, «George» tend à se faire acteur d'une société dont les mœurs ne demandent finalement qu'à être ébranlées.

Pour plus d'informations: www.georgemag.ch


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

EpidémieCoronavirus: six personnes contaminées près de Milan, dont une en état graveCoronavirus: six personnes contaminées près de Milan, dont une en état grave

EpidémieCoronavirus: cinq Suisses rapatriés, une vingtaine de personnes en quarantaineCoronavirus: cinq Suisses rapatriés, une vingtaine de personnes en quarantaine

SantéMesures anti-tabac: la Suisse fait figure de mauvais élèveMesures anti-tabac: la Suisse fait figure de mauvais élève

EpidémieCoronavirus:  le bilan dépasse 2000 morts, mais l’OMS se veut rassuranteCoronavirus:  le bilan dépasse 2000 morts, mais l’OMS se veut rassurante

MaladieSanté: l’épidémie de grippe a dépassé son pic en SuisseSanté: l’épidémie de grippe a dépassé son pic en Suisse

Top