De plus en plus d'eczéma dans les pays industrialisés

chargement
Par MARTINE LOCHOUARN - LE FIGARO
  28.04.2011, 07:58

?Ecz?ma: du grec ekzein, "bouillonner"?, dit le dictionnaire. L'intense d?mangeaison qui accompagne cette affection cutan?e laisse effectivement un souvenir ?cuisant? ? ceux qui l'ont subie. Aigu, l'ecz?ma forme des plaques rouges de taille variable, parsem?es de minuscules v?sicules remplies de liquide clair, qui se rompent sous l'effet du grattage souvent intense. Les l?sions suintantes, cro?teuses, se craquellent parfois de fissures douloureuses. Quand la maladie devient chronique, la peau s'?paissit sous l'effet du grattage, devient dure et gris?tre: elle se lich?nifie.

L'ecz?ma a deux causes principales. L'une, la dermatite atopique, est une affection chronique ?voluant par pouss?es. Elle est ? la peau ce que l'asthme est aux bronches: une irritabilit? particuli?re due ici ? des anomalies constitutives du rev?tement cutan?, tr?s sec et hypersensible ? certaines agressions. L'autre, l'ecz?ma de contact, est une r?action allergique contre une substance d?termin?e.

Distinguer l'un de l'autre n'est pas toujours ais? car les l?sions sont identiques. La dermatite atopique touche 20% des nourrissons apr?s 3 mois, de 7 ? 10% des enfants avant 16 ans, et 1% des adultes, qui ont souvent des formes plus graves.

A contrario, l'ecz?ma de contact est surtout fr?quent chez l'adulte. ?L'?ge donne donc une indication diagnostique, tout comme la localisation des plaques, explique le Pr Laurent Misery, chef du service de dermatologie du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Brest. ?L'ecz?ma atopique n'a pas de localisation pr?cise - atopie signifie ?sans lieu? -, mais, selon l'?ge, certaines zones sont plus touch?es: les joues, le cuir chevelu et les convexit?s chez le nourrisson, les plis - creux du coude et du genou, paupi?res et arri?re de l'oreille - ? partir de 2 ans, la face, le cou et les mains chez l'adulte. L'ecz?ma de contact, lui, reste strictement limit? ? la zone directement expos?e ? l'allerg?ne.? Parfois, les deux ecz?mas coexistent: de 15 ? 30% des atopiques ont aussi une allergie de contact au nickel.

La peau joue un r?le important de barri?re dans les ?changes entre l'ext?rieur et le milieu interne, qu'elle prot?ge. ?Tout ce qui est en contact avec la peau p?n?tre un peu, d'autant plus que la peau est fine. La peau normale ne laisse passer que de toutes petites mol?cules. Mais au-del? d'un certain seuil, l'organisme se d?fend et les lymphocytes T, tr?s nombreux dans celle-ci, d?clenchent une r?action inflammatoire, ? l'origine de l'ecz?ma de contact?, d?taille le Pr Jean-Fran?ois Nicolas, sp?cialiste de dermato-allergologie au CHU de Lyon. ?Dans la dermatite atopique, une pr?disposition due ? des mutations, en particulier celle de la filagrine, une prot?ine de structure de l'?piderme, rend la peau beaucoup plus perm?able que la normale. Celle-ci laisse donc p?n?trer de plus grosses mol?cules, notamment des prot?ines, ? l'origine de la r?action inflammatoire.? Son seuil de tol?rance est donc aussi abaiss?.

Lors d'un ecz?ma de contact, l'?viction de la substance responsable de la sensibilisation suffit pour que tout rentre dans l'ordre. L'application de dermocortico?des permet de r?duire l'inflammation et le prurit en quelques jours. Mais les lymphocytes T sensibilis?s en gardent le souvenir: toute r?introduction, m?me apr?s des ann?es, peut r?veiller l'ecz?ma en quelques heures. D'o? l'int?r?t d'identifier l'allerg?ne pour l'?viter.

S?cheresse cutan?e

La dermatite atopique, longtemps assez rare, a explos? au d?but des ann?es 1970 dans les pays industrialis?s. ?L'urbanisation, la diminution des infections qui prot?geaient des allergies, l'hygi?ne accrue bas?e sur des savons d?tersifs et l'?astiquage? intempestif des b?b?s d?s la naissance ont probablement favoris? cette expression d'un terrain atopique chez de nombreux enfants?, estime le Pr Alain Ta?eb, chef du service de dermatologie du CHU de Bordeaux.

Si 80% des dermatites atopiques s'am?liorent d'elles-m?mes avec l'?ge, l'inconfort est tel pour l'enfant qu'un traitement s'impose pour r?duire les sympt?mes. ?La priorit?, c'est la lutte contre la s?cheresse cutan?e ? l'aide d'?mollients correctement appliqu?s chaque jour sur tout le corps, d'o? l'importance de l'?ducation th?rapeutique. Le traitement repose aussi sur les dermocortico?des, dont les parents se m?fient ? tort car ils r?duisent rapidement l'inflammation et les d?mangeaisons, avec des effets secondaires mod?r?s?, insiste le sp?cialiste bordelais. ?C'est important, car une dermatite atopique mal soign?e fait souvent le lit de l'asthme et de la rhinite allergique.?

Dans les cas graves, une pommade au tacrolimus, un immunosuppresseur, peut ?tre utilis?e d?s l'?ge de 2 ans. Chez l'adulte, d'autres immunosuppresseurs comme le m?thotrexate et la ciclosporine, ainsi que la phototh?rapie UV peuvent am?liorer les cas les plus graves. Les progr?s r?cents dans la compr?hension de la dermatite atopique ouvrent aussi la voie ? de nouveaux traitements biologiques, dont certains en cours d'essai.

La difficile identification des allergènes

«On court derrière la mondialisation.» Pour le Pr Annick Barbaud, qui dirige le service de dermatologie du CHU de Nancy, la difficile identification des allergènes impliqués dans les eczémas de contact s'est beaucoup compliquée avec la circulation mondiale de produits finis mal étiquetés. «Les eczémas graves au diméthylfumarate, utilisé comme antifongique dans les canapés chinois et les chaussures, en sont une illustration récente.»

Seule l'éviction de l'allergène en cause permet de juguler un eczéma de contact toujours susceptible de se réactiver lors d'une nouvelle rencontre. Encore faut-il pouvoir l'identifier. Même si certaines substances sont plus souvent incriminées que d'autres, comme le nickel des bijoux fantaisie auquel 20% des femmes sont allergiques, les coupables potentiels sont légion.

Dans les eczémas de contact professionnels, les plus fréquemment incriminés sont la paraphénylènediamine, ou PPD, très employée dans les teintures capillaires et les caoutchoucs noirs industriels, les résines et les colles à base d'acrylates ou d'époxy, les huiles de coupe en métallurgie et le chrome des ciments, désormais interdit en Europe. «Autres responsables fréquents d'eczémas de contact, les cosmétiques, avec en premier les conservateurs, allergisants par nature. Mais on ne peut pas non plus laisser pulluler les bactéries dans les crèmes. L'idéal serait de supprimer les conservateurs au profit de flacons sous vide munis de pompe», estime le médecin. Les excipients qui favorisent la pénétration des produits, les surfactants utilisés pour faire mousser et les parfums sont aussi souvent allergisants.

Un meilleur étiquetage

«La mode des tatouages temporaires dits «au henné noir», sans henné mais utilisant du PPD pourtant interdit sur la peau, est responsable d'allergies graves et de sensibilisations croisées aux teintures capillaires.» De nombreux eczémas de contact sont aussi causés par des médicaments en usage cutané, notamment les antiseptiques et les corticoïdes topiques, en particulier le gel de kétoprofène, retiré du marché puis réintroduit, malgré de nombreux cas de photosensibilisation.

L'eczéma de contact peut survenir à tout âge, du bébé sensibilisé au savon parfumé ou au caoutchouc des couches jusqu'à la personne âgée qui fait un eczéma de contact aux antiseptiques sur ses ulcères de jambe. Toute peau fragilisée est une porte d'entrée. «Pour les eczémas professionnels, nous disposons de batteries d'allergènes pour chaque métier qui permettent souvent d'identifier le responsable», explique la spécialiste. «Pour les cosmétiques, la législation européenne a beaucoup amélioré l'étiquetage, mais il faut conserver tous les produits utilisés afin de pouvoir réaliser les tests cutanés pour découvrir l'allergène en cause», insiste le médecin. mlo

Repères

PEAU Les eczémas ne sont pas des pathologies nouvelles puisqu'ils sont connus depuis la nuit des temps. On peut ainsi trouver des exemples de traitements chez les Egyptiens. Ils utilisaient le natron, à base de carbonates de sodium, formé par évaporation d'eau salée. Ils l'employaient non seulement comme traitement pour la peau des vivants mais le natron était également le principal agent de conservation dans la momification des corps.

MARAT L'eczéma est aussi responsable du fait que Marat ait été assassiné dans sa baignoire le 13 juillet 1793. Pour calmer ses fortes démangeaisons dues à un eczéma sévère (se gratter aggrave le mal), il avait fini par passer de nombreuses heures quotidiennes dans un bain d'eau soufrée. Il travaillait dans sa baignoire et y recevait aussi. C'est là qu'il reçut sa dernière visiteuse, Charlotte Corday.

TRAITEMENTS Aujourd'hui, les médecins déconseilleraient formellement ces bains prolongés, néfastes pour la peau. Les principaux traitements médicamenteux sont à base de corticoïdes. Mais il existe d'autres alternatives.

ORIGINE Les eczémas sont le plus souvent d'origine allergique, avec ou non un terrain génétique favorable. Et si la maladie n'est pas nouvelle, les eczémas causés par des substances allergisantes sont en forte progression. D'où l'intérêt de ne pas soigner que les symptômes, mais aussi de découvrir la cause de l'allergie afin d'éviter tout contact avec elle et la faire disparaître. L'eczéma touche un petit enfant sur 4 ou 5 (il peut aussi toucher les animaux domestiques). Il est donc primordial de l'emmener voir un dermatologue ou un allergologue. De nombreux hôpitaux disposent de services spécialisés dans les recherches des causes allergiques et toute une batterie de tests permet, dans la majorité des cas, de trouver la molécule responsable de l'eczéma. /jln


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

santéAu travail: maladies et accidents font 1,9 million de victimesAu travail: maladies et accidents font 1,9 million de victimes

étudeSommeil: les Suisses ne dorment que sept heures par nuit en moyenneSommeil: les Suisses ne dorment que sept heures par nuit en moyenne

SantéSanté: moins de vaccinations enregistrées chez les enfants en 2020Santé: moins de vaccinations enregistrées chez les enfants en 2020

SantéSanté: plus de mortalité infantile, mais moins de naissances avant termeSanté: plus de mortalité infantile, mais moins de naissances avant terme

SantéLe CHUV ouvre la première banque de lait maternel en Suisse romandeLe CHUV ouvre la première banque de lait maternel en Suisse romande

Top