17.11.2016, 13:45

Après 10 ans de campagne pour le vaccin, les grippes tuent encore jusqu'à 500000 personnes chaque année

chargement
Les problèmes rencontrés par certains patients en 2009 ont durablement entaché la réputation des vaccins.

bilan Voilà 10 ans que l'Organisation mondiale de la santé a lancé ses premières campagnes de vaccination contre les différentes formes de grippes. Si les progrès sont réels, ces virus tuent encore jusqu'à un demi-million de personnes chaque année. Il y a encore de nombreux professionnels de la santé à convaincre de la nécessité de vacciner.

La menace de pandémies de grippes dans le monde n'est pas éteinte malgré dix ans d'efforts de l'OMS pour améliorer la vaccination. De 150'000 à 500'000 décès sont constatés en moyenne chaque année, a dit jeudi à Genève l'institution.

"Nous sommes assurément mieux préparés" qu'il y a dix ans, a dit devant la presse la sous-directrice générale de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) Marie-Paule Kieny. Mais il reste beaucoup à faire, selon elle.

 

De trois à cinq millions de cas d'infections humaines sont observés de décembre à mai, a dit une responsable du département des pandémies à l'OMS, Wenqing Zhang. Les virus circulent par les oiseaux sauvages ou domestiques. De la grippe aviaire aux autres souches, 17 types et 11 sous-types peuvent être combinés.

Le Plan d'action mondial pour les vaccins contre la grippe (GAP) a été lancé en 2006. La production de vaccins est passée de 1,5 alors à 6,2 milliards de doses en 2015. C'est près de quatre milliards de doses de moins que l'objectif fixé pour immuniser 70% de la population mondiale.

 

Réunion à Genève

Mardi et mercredi, une centaine de représentants gouvernementaux, de producteurs de vaccins ou de donateurs se sont réunis à Genève. Ils ont établi comme priorités la vaccination saisonnière, la capacité de production et la recherche de vaccins, mais aussi la disponibilité et la distribution en cas de pandémie.

Il faut "comprendre pourquoi des médecins ne recommandent pas la vaccination", dit Mme Kieny. Elle rejette toute responsabilité dans la décision de pays nordiques de mener une campagne massive avec le vaccin Pandemrix qui a abouti en 2011 à des problèmes pour plus de 100 personnes. L'OMS ne préconisait qu'une vaccination des travailleurs de santé et des personnes à risque, dit Mme Kieny.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

épidémieGrippe aviaire: après les lacs de Constance, Léman et de Neuchâtel, l'épidémie touche le lac de BienneGrippe aviaire: après les lacs de Constance, Léman et de Neuchâtel, l'épidémie touche le lac de Bienne

Grippe aviaireGrippe aviaire: les oiseaux domestiques doivent rester confinésGrippe aviaire: les oiseaux domestiques doivent rester confinés

sondageGrippe: les Suisses sont conscients du danger que représente la grippe, mais peinent à se faire vaccinerGrippe: les Suisses sont conscients du danger que représente la grippe, mais peinent à se faire vacciner

épidémieGrippe aviaire: la Confédération prépare des mesures de lutte contre l'épidémieGrippe aviaire: la Confédération prépare des mesures de lutte contre l'épidémie

Top