25.04.2018, 00:01

«Nous sommes prisonniers d’un cirque traumatique»

Premium
chargement

«FOXTROT» Dix ans après «Lebanon», le cinéaste israélien Samuel Maoz revient avec un film à la fois réaliste et poétique sur les traumatismes liés à l’occupation.

Soldat lors de l’intervention israélienne au Liban en 1982, Samuel Maoz a raconté son histoire dans «Lebanon», Lion d’or à Venise. «Foxtrot», son nouveau film, récompensé cette fois du Lion d’argent, est une tragi-comédie sur les conséquences morales de l’occupation par Tsahal. Entretien.

Samuel Maoz, qu’est-ce qui vous a poussé à réaliser ce film?

Deux raisons. La première, c’est une histoire...

À lire aussi...

CinémaSamir: «Comme un «Toto» suisse à Dübendorf»Samir: «Comme un «Toto» suisse à Dübendorf»

VisibilitéTélévision: un accord inédit pour diffuser plus largement les films romandsTélévision: un accord inédit pour diffuser plus largement les films romands

CinémaCinéma: les sorties de la semaine à ne pas raterCinéma: les sorties de la semaine à ne pas rater

Cinéma«Thiel le Rouge», sur la piste d’un espion neuchâtelois très discret«Thiel le Rouge», sur la piste d’un espion neuchâtelois très discret

CinémaMichel Hazanavicius se lance dans la comédie familialeMichel Hazanavicius se lance dans la comédie familiale

Michel Hazanavicius se confie

Avec «Le prince oublié», Michel Hazanavicius réalise son premier film familial. Rencontre.

  14.02.2020 13:00
Premium

Top