02.08.2015, 19:45

Les années soixante dans «Mad men»

chargement
Par FREDDY LANDRY

Souvent étrange, la programmation des séries américaines doublées en français sur la TSR. «Cougar Town» propose un numéro chaque semaine. D'autres occupent trois fois cinquante minutes dans la même soirée.

«Les experts» sont solidement installés en premier rideau (début entre 20h et 21 heures). Certains font signe après les douze coups de minuit, et deux par deux. Le logo rouge intervient dès 22h30, rarement avant. Une nouveauté: la TSR à la carte sur internet permet de revoir une série juste après son premier passage sur le petit écran.

Existe-t-il une clef pour lire cette programmation parfois mystérieuse? Passer une série avant son arrivée sur une chaîne généraliste française, de service public ou généraliste, en profitant d'une version doublée, sert donc de règle de «contre-programmation». Mais une série montrée par TF1 risque de passer à la trappe, comme l'inquiétant et étrange «Dexter». Les séries américaines ambitieuses sont visibles dans de nombreux pays. Leur coût ne met pas à mal les budgets de diffusion.

L'agence de publicité Stanley Cooper est installée sur Madison Avenue. Un récit qui se déroule dans les années soixante inscrit-il déjà une fiction dans l'Histoire certes encore proche du début des années glorieuses de forte croissance dans les pays industrialisés. L'image est envahie par des volutes de fumée de cigarette, un produit dont l'agence a souvent l'occasion de vanter les mérites par ses campagnes de publicité. Sensible, ce sujet de la fumée aura provoqué aux Etats-Unis des protestations violentes contre ce qui apparaît maintenant comme un éloge de la clope.

Fumer est pourtant essentiel dans le cas particulier pour la plausibilité du comportement des personnages. Cinquante ans, c'est trop peu pour réinventer un passé différent de celui de la réalité. On peut faire revivre une ville de l'Ouest (Deadwood), une famille royale (Les Tudors), l'Antiquité romaine (Roma) sans provoquer de polémiques au nom du réalisme. Violences en moins, «Mad men» s'inscrit dans la ligne des «Sopranos».

Matthew Weiner, qui dirige les scénaristes de «Mad men» avait été appelé par David Chase auteur des «Sopranos» pour travailler avec lui. On fait tranquillement connaissance d'une bonne douzaine de personnages, les femmes plus subtilement intéressantes que les hommes.

Développement et illustrations sur http://blog.lexpress.ch/retines

 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

Cinéma«Thiel le Rouge», sur la piste d’un espion neuchâtelois très discret«Thiel le Rouge», sur la piste d’un espion neuchâtelois très discret

CinémaMichel Hazanavicius se lance dans la comédie familialeMichel Hazanavicius se lance dans la comédie familiale

Michel Hazanavicius se confie

Avec «Le prince oublié», Michel Hazanavicius réalise son premier film familial. Rencontre.

  14.02.2020 13:00
Premium

CinémaCinéma: les sorties de la semaine à ne pas raterCinéma: les sorties de la semaine à ne pas rater

Carnet noirCinéma: Robert Conrad, star des «Mystères de l’Ouest», est décédé à l’âge de 84 ansCinéma: Robert Conrad, star des «Mystères de l’Ouest», est décédé à l’âge de 84 ans

L’acteur Robert Conrad est décédé

L’acteur américain Robert Conrad est mort à l’âge de 84 ans. Il était connu pour avoir incarné James West dans «Les...

  09.02.2020 10:24

DisparitionCarnet noir: Kirk Douglas, dernier grand monstre sacré d’Hollywood, est mortCarnet noir: Kirk Douglas, dernier grand monstre sacré d’Hollywood, est mort

Top