«L’amour parental est plus exclusif»

chargement

«APRÈS LA TEMPÊTE» Hirokazu Kore-eda raconte l’histoire d’un père qui tente d’exister aux yeux de son fils de 11 ans. Rencontre avec l’un des maîtres japonais du portrait de famille.

  21.12.2016, 01:50
Lecture: 4min
Premium
Dans la banlieue de Tokyo, un père joue aux jeux d’argent au lieu de payer la pension de son fils.

Si l’art du portrait de famille était japonais, Hirokazu Kore-eda en serait un des maîtres incontestés. Le réalisateur multiplie en effet les films familiaux, comme «I Wish» et sa fratrie démembrée à la suite d’un divorce, «Tel père, tel fils» et ses enfants échangés à la naissance, ou encore «Notre petite sœur», où trois sœurs se découvrent une cadette...

À lire aussi...

CinémaCinéma: quelques suggestions de films et séries à découvrir chez vousCinéma: quelques suggestions de films et séries à découvrir chez vous

CinémaCinéma: quelques suggestions de films et séries à découvrir chez vousCinéma: quelques suggestions de films et séries à découvrir chez vous

CinémaCinéma: quelques suggestions de films et séries à découvrir chez vousCinéma: quelques suggestions de films et séries à découvrir chez vous

ConsécrationCinéma: le film romand «Petite sœur» triomphe aux oscars suissesCinéma: le film romand «Petite sœur» triomphe aux oscars suisses

Cinéma«Petite sœur» triomphe aux Prix du cinéma suisse«Petite sœur» triomphe aux Prix du cinéma suisse

Top