21.11.2018, 21:16

Pays-Bas: pour savoir qui virer, cette entreprise en difficulté a fait voter ses employés

chargement
Les employés ont dû inscrire un ou plusieurs noms sur un post-il. (illustration)

Insolite Une entreprise des Pays-Bas a utilisé une drôle de méthode pour se séparer d’une partie de son personnel. Elle a tout simplement demandé à ses employés de décider qui licencier, au cours d’un vote.

Se faire virer, c’est rarement une partie de plaisir. Mais se faire virer par ses collègues, est-ce pire? C’est en tout cas ce qu’ont vécu des employés d’une entreprise de marketing des Pays-Bas nommée Keytoe.

Située à Maassluis, cette société en proie à des difficultés financières a choisi une drôle de méthode pour se débarrasser d’une partie de son personnel. Dans un souci de démocratie (ou de sadisme, c’est selon), elle a tout simplement demandé à ses 45 employés de choisir qui devait quitter le navire. Lors d’une réunion, ces derniers ont dû inscrire un ou plusieurs noms sur un post-it. Leurs choix ont ensuite été accrochés sur un grand tableau blanc.

«Comme il y a une transparence des salaires, nous avons pu voir exactement quelles seraient les économies si nous virions telle ou telle personne», raconte au site de l’Algemeen Dagblad Lennard Toma, psychologue du travail au sein de la société. «Nous avons ensuite examiné les personnalités importantes dans les projets en cours et celles qui apportaient davantage de plus-values.»

Possible dans une petite entreprise

Raphaël Schuler, qui fait partie des malheureux élus, raconte: «Oui, si vos collègues décident de vous virer, c’est effectivement pire que quand c’est votre patron. Mais je comprends la situation.» Le Néerlandais ne pense toutefois pas qu’il s’agissait d’un vote de popularité. «C’était une décision consciencieuse, qui tenait compte des récents résultats», explique-t-il, même s’il pense que les situations personnelles des gens licenciés n’ont peut-être pas assez été prises en compte dans les votes. «Dans ces cas-là, un patron ou un responsable pourrait faire un meilleur choix.»

Selon l’Algemeen Dagblad, ce genre d’initiative n’aurait pas été possible dans une entreprise ordinaire, d’un point de vue juridique. Mais cela ne pose pas de problème dans une petite boîte avec une culture d’entreprise très spécifique comme Keytoe. L’histoire se termine néanmoins par une bonne nouvelle: quatre des cinq employés virés ont déjà trouvé un nouveau travail, et le cinquième pourrait bien réintégrer l’équipe… S’il n’est pas trop rancunier!


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

INSOLITECanada: égarée, une baleine à bosse aperçue à MontréalCanada: égarée, une baleine à bosse aperçue à Montréal

PandémieCoronavirus: une Canadienne invente un «gant à câlin» pour prendre sa mère dans ses brasCoronavirus: une Canadienne invente un «gant à câlin» pour prendre sa mère dans ses bras

Réseaux sociauxCoronavirus: des stars de séries médicales rendent hommage aux soignantsCoronavirus: des stars de séries médicales rendent hommage aux soignants

PERDUInsolite: un castor errant mobilise la police à SchaffhouseInsolite: un castor errant mobilise la police à Schaffhouse

PandémieCoronavirus: le générique de la série culte «Friends» revu en mode confinementCoronavirus: le générique de la série culte «Friends» revu en mode confinement

Top