22.07.2016, 10:53

Japon: Pokemon Go débarque au pays de Pikachu

chargement
Officiellement disponible dans une quarantaine de pays, Pokemon Go l'est désormais aussi dans l'archipel.

Pokemon Go La chasse à Pikachu et autres créatures imaginaires a débuté au Japon, patrie des Pokemon. Le jeu Pokemon Go, qui défraye la chronique partout dans le monde, a été lancé vendredi.

Officiellement disponible dans une quarantaine de pays, Pokemon Go l'est désormais aussi dans l'archipel, pour les téléphones portables fonctionnant sur les systèmes Android de Google et iOS d'Apple.

"Nous sommes très heureux de pouvoir l'apporter au Japon, où Pokemon est né", a annoncé sur son site internet le studio américain Niantic, développeur de l'application. Il attribue le retard de sa venue dans ce pays à l'accueil phénoménal - "au-delà de nos attentes" - reçu ailleurs.

"Pokemon Go est arriiiiiiivé", s'enflammait @skri0709 sur Twitter. "Pokemon Go est là, impossible de travailler", écrivait de son côté @yamaneko21.

 

 

Dans les rues de Tokyo, des amateurs ou de simples curieux sont aussitôt partis à l'aventure pour capturer ces "monstres de poche" (Pokemon vient de "pocket-monsters"), les yeux rivés sur leur téléphone, grâce à la réalité augmentée. Cette technologie fait apparaître des éléments virtuels dans le monde réel.

"Nous avons décidé de venir entre filles à Asakusa", raconte Maika Kubo, 16 ans, croisée dans ce quartier touristique de la capitale, connu pour son temple Senso-ji. "On s'est dit: il faut essayer tout de suite!", complète Mamiko Amaha. "Quand on joue, on voit un Pokemon sur l'épaule d'un ami, et on s'écrie: il est là, il est là".

"Nous voulions concevoir un jeu qui incite les gens à aller dehors, à se dégourdir les jambes, à découvrir de nouveaux endroits et à s'amuser avec leurs amis", explique John Hanke, responsable de Niantic, dans une vidéo mise en ligne sur le site pour la sortie au Japon.

En hausse à la Bourse

A la Bourse de Tokyo, l'action Nintendo, inventeur il y a deux décennies des Pokemon, bondissait dans la matinée de 6,8%, avant de finir sur une petite hausse de 0,78%. Son cours a quasiment doublé de valeur depuis le 6 juillet, veille du lancement de Pokemon Go, même si le groupe n'est pas directement impliqué.

La France aurait de son côté dû accueillir le jeu la semaine passée, en même temps qu'une grande partie du reste de l'Europe. Cependant, The Pokemon Company, le groupe qui gère cette marque, a choisi de reporter son arrivée après l'attentat de Nice.

Multiples interdictions

Au-delà de l'aspect ludique, la frénésie Pokemon Go a donné lieu à de nombreux incidents sur le globe, au point que les autorités de nombreux pays ont émis des recommandations pour une traque en toute sécurité, des Etats-Unis à la Bosnie. D'autres ont carrément banni le jeu, comme l'Arabie saoudite qui a remis au goût du jour une fatwa datant de 2001 ou encore l'Indonésie où il a été interdit aux fonctionnaires, policiers et militaires.

Au Japon, le gouvernement a publié mercredi un dépliant des bonnes pratiques pour sensibiliser les enfants aux risques, leur rappelant par exemple de ne pas jouer à vélo ou de ne pas s'aventurer dans des endroits dangereux.

 
 
ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

IndonésieL'Indonésie interdit à ses policiers et militaires de jouer à Pokémon GoL'Indonésie interdit à ses policiers et militaires de jouer à Pokémon Go

JEU VIDÉOLes Pokémons ont pris NeuchâtelLes Pokémons ont pris Neuchâtel

Top