03.09.2019, 16:00

Les lauréats du Prix Gaïa dévoilés à La Chaux-de-Fonds

chargement
Ancien de l'Université de Neuchâtel, le professeur Laurent Tissot (au centre) est distingué pour son travail de recherche en histoire horlogère.

Horlogerie L’émailleuse Suzanne Rohr, le professeur d’université Laurent Tissot et le coprésident de la marque Chopard Karl-Friedrich Scheufele sont les trois lauréats de l’édition 2019 du Prix Gaïa. Ceux-ci seront remis le jeudi 19 septembre au Club 44. La soirée sera aussi agrémentée par la remise d'une bourse et la présentation d'une montre spéciale.

«Cette année, nous avons trois lauréats d’une grande expérience, des personnalités exceptionnelles.» Régis Huguenin, le conservateur du Musée international d’horlogerie, le MIH, a dévoilé ce mardi les lauréats du Prix Gaïa pour l’année 2019.

A lire aussi : Qu'est-ce que le Prix Gaïa?

L’émailleuse genevoise Suzanne Rohr est distinguée dans la catégorie artisanat-création. «Une pionnière», commente Régis Huguenin. Née en 1939, après sa formation, elle a mené une carrière d’indépendante. Elle s’est signalée par son travail pour la maison Patek Philippe et sa volonté de transmettre son savoir-faire.

Karl-Friedrich Scheufele est davantage connu. Le coprésident de la marque Chopard «est une personnalité très en vue dans le milieu horloger», rappelle le conservateur. Dans la catégorie esprit d’entreprise, le jury le distingue pour l’essor et la reconnaissance internationale qu’il a su donner à l’entreprise familiale et pour le développement de nouvelles entités horlogères, notamment au Val-de-Travers.

Un ancien de l’université

Le professeur Laurent Tissot, ancien de l’Université de Neuchâtel, complète le trio. Distingué dans la catégorie histoire-recherche, «il est à la base d’un renouvellement de la connaissance de l’histoire horlogère suisse et international. Ça a fait beaucoup de bien», se réjouit Régis Huguenin. Unique lauréat présent ce mardi au MIH, le professeur se dit honoré par ce prix. «L’histoire est très importante pour le canton de Neuchâtel. S’il y a une industrie horlogère ici, ce n’est pas un hasard. C’est un message d’espoir.»

Une bourse et une montre

Les lauréats seront distingués le jeudi 19 septembre, dès 18 h 30, au Club 44 à La Chaux-de-Fonds. Une première bourse d’études, Horizon Gaïa, sera aussi attribuée à Aude Moutoussamy, étudiante à Paris. Elle lui permettra d’effectuer une recherche «sur la manière dont les marques horlogères se sont approprié les réseaux sociaux», glisse le conservateur. Le montant de la bourse est de 25 000 francs pour un travail d'une durée de six mois à plein temps.

Cette bourse, dont le principe est d’être pérenne, bénéficie du soutien de la Fondation Watch Academy. «Celle-ci gère la donation d’un légataire unique», explique son président Pierre Gygax. Elle a pour objectif de soutenir la formation et l’excellence.

L’événement sera aussi agrémenté par la mise en souscription d’une montre MIH Gaïa. «Elle est réalisée ici et met en avant un réseau d’acteurs qui soutiennent le musée», précise Régis Huguenin. Pour en savoir davantage, il faut attendre le 17 septembre, lorsque l’objet sera présenté à la presse.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Top