02.08.2015, 19:52

Christophe Claret mise sur les joueurs de casino

chargement

«Je ne suis pas du tout joueur!», s'exclame d'emblée Christophe Claret dans son petit stand au Palace de Baselworld. Pourtant, le directeur de la marque éponyme du Locle présente à Bâle une impressionnante montre 21 Black Jack permettant d'y... jouer! Le dealer a trois guichets et le joueur quatre sur le cadran de la montre transformé en véritable table de jeu. Des poussoirs permettent de distribuer les cartes de manière aléatoire: «Il y a 884 000 combinaisons possibles», précise le créateur. Sept disques tournent grâce à une mécanique complexe. Autres références au jeu, deux dés minuscules et... une roulette de casino à l'arrière du mouvement avec la possibilité pour le riche acquéreur - quelque 200 000 francs pièce - de positionner une émeraude sur son chiffre fétiche! «Les joueurs sont superstitieux... Nous testons 80 000 lancements pour s'assurer de la résistance de la roulette à l'arrière.»

Christophe Claret a eu l'idée de cette montre ludique en découvrant un petit mécanisme permettant de lancer les dés au marché aux puces à Saint-Tropez. Le seul film promotionnel de 2 minutes 30 présentant le complexe mécanisme de la montre a nécessité trois mois de travail.

Le créateur français du Locle espère vendre quarante pièces de ce garde-temps ludique à Bâle. Il est décliné en cinq modèles avec, logiquement, 21 exemplaires chacun. «La montre plaît beaucoup. Hier, nous en avons vendu dix, dont sept à des Américains! Après le krach de 1929, il y a eu les années folles. Ma vision, c'est qu'après cette crise, il pourrait y avoir des années folles. Les gens qui ont de l'argent se sont serré la ceinture... Ils veulent du ludique!»

L'horloger estime qu'il existe un «potentiel énorme» au niveau des casinos à Macao, Singapour, Las Vegas ou encore Monaco. «Le Wynn de Las Vegas nous en a acheté deux. Les casinos sont super chauds. Un joueur peut brûler un million et, pour se consoler, acheter une montre...»

Si Christophe Claret est confiant pour sa 21 Black Jack, la crise n'a pas épargné sa manufacture locloise, avec une baisse des commandes. «Nous avons tenu à maintenir à tout prix les 90 emplois au Locle, mais il y a encore 25% des collaborateurs au chômage partiel. Nous espérons voir la fin du tunnel après Bâle... Nous avons été touchés par la crise avec un an de décalage»

Le logo de la marque a été revu: «C'est un blason avec deux C stylisés. J'ai un château à côté de Besancon que je restaure. Je suis passionné d'histoire de la Renaissance... Il y a de quoi raconter!», s'enthousiasme Christophe Claret. Le marketing a été confié à l'ex-boss de Concord et TechnoMarine Vincent Perriard. «Je suis créateur horloger. Le marketing, ce n'est pas mon domaine. Nous l'avons mandaté pour développer la marque, le marketing et les ventes.» Coup de poker gagnant avec le jeune manager habitué des campagnes publicitaires provocatrices? /bwe


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

HorlogerieETA: Swatch conteste la décision de la ComcoETA: Swatch conteste la décision de la Comco

HorlogerieBulgari renonce à Baselworld 2020Bulgari renonce à Baselworld 2020

LA CHAUX-DE-FONDSAppel à candidatures pour la 26e édition du Prix GaïaAppel à candidatures pour la 26e édition du Prix Gaïa

Prix Gaïa: appel à candidatures

Le Musée international d'horlogerie (MIH) de La Chaux-de-Fonds lance la 26e édition de son Prix Gäia, qui vise à...

  10.02.2020 17:35

épidémieSwatch Group annule son salon horloger à cause du coronavirusSwatch Group annule son salon horloger à cause du coronavirus

HorlogerieIl n’y aura pas de soirée jurassienne ni de réception neuchâteloises à BaselworldIl n’y aura pas de soirée jurassienne ni de réception neuchâteloises à Baselworld

Top