23.11.2018, 00:01

Réunir finance et droits humains

Premium
chargement
La Skyline de New York, symbole de la finance. Si cette dernière se comporte au détriments des Droits humain, c’est en raison d’une organisation déficiente et non pas parce qu’elle est mauvaise, selon David Kingley.
Par propos recueillis par yves Genier

ENTRETIEN Deux concepts qui ne sont pas aussi éloignés qu’ils paraissent. Décryptage avec David Kingley, expert de la question.

Finance et droits de l’homme sont-ils irréconciliables?

Ces deux concepts ne sont pas si opposés qu’ils paraissent. Lorsque les acteurs de la finance se comportent au détriment du respect des droits de l’homme, c’est en conséquence de leur organisation et de leur taille, non pas d’un défaut intrinsèque de leur activité. Ils jouissent par conséquent de pouvoirs disproportionnés qui, même...

À lire aussi...

PÂQUESCoronavirus: les chocolatiers n’ont pas la tête à la fêteCoronavirus: les chocolatiers n’ont pas la tête à la fête

Chiffres noirsPrévoyance vieillesse: l’AVS clôt l’année 2019 avec un bénéfice de plus de 1,6 milliard de francsPrévoyance vieillesse: l’AVS clôt l’année 2019 avec un bénéfice de plus de 1,6 milliard de francs

COOPÉRATIONL’humanitaire en mode virusL’humanitaire en mode virus

POUVOIR«D’urgence, un soutien aux médias»«D’urgence, un soutien aux médias»

solidaritéCoronavirus: une plateforme pour aider les commerçants romandsCoronavirus: une plateforme pour aider les commerçants romands

Top