31.07.2019, 14:05

Mythique: Switcher, la marque suisse à la baleine, ressuscite après sa faillite en 2016

chargement
La marque, lancée par le Vaudois d'origine suédoise Robin Cornelius, avait connu une fin brutale en 2016 (archives).

come back Les t-shirts à la petite baleine jaune n’ont pas dit leur dernier mot. Après sa faillite retentissante en 2016, la marque Switcher rebondit grâce à l’entreprise bernoise werk5 qui a racheté la licence. Elle commercialise désormais plus de 30 modèles en 15 couleurs différentes.

Des dettes à hauteur de 9 millions de francs et 40 employés qui perdent leur travail du jour au lendemain. La faillite de Switcher, prononcée en 2016, avait secoué le monde économique romand. La société du Suédois Robin Cornelius, basée au Mont-sur-Lausanne, avait connu, depuis sa création en 1981, une ascension fulgurante. Son emblème, la petite baleine jaune, était entré dans l’inconscient collectif romand.

Elle n’en a pas encore tout à fait disparu, même si les stocks, près de 500’000 pièces, avaient été vendus aux enchères par le boucher vaudois Patrick Perroud. C’était en mai 2017, à Oulens.

Coup d’accélérateur

Depuis, Switcher n’a pas été enterrée. Mais elle a franchi la Sarine. C’est une société bernoise, Werk5 qui a racheté la licence pour exploiter la marque, comme le relataient en septembre 2017 nos confrères de 24Heures. Jusqu’ici, ses activités sont restées pour le moins confidentielles. Mais le Blick nous apprend ce mercredi qu’elle va passer à une vitesse de production supérieure. 

Marc Joss, qui était responsable du marketing chez Switcher, n’a pas voulu lâcher l’affaire. Il est aujourd’hui membre de la direction de Werk5 et explique qu’il commercialise désormais 35 modèles de t-shirts, polo, trainings…de 15 couleurs différentes. Et d’autres pièces originales sont en cours de développement. «Depuis juin, les produits Switcher sont disponibles chez des revendeurs dans toute la Suisse», nous a-t-il précisé, «nous démarchons actuellement des clients dans toutes la Suisse.» 

 

 

La philosophie de la marque a été conservée. S’ils sont fabriqués en Inde, les vêtements répondent à la norme environnementale «Oeko Tex 100» et une dizaine de modèles sont en coton bio, les autres sont exclusivement à base de polyester recyclé. Quant à la vente, elle se fait exclusivement via le site internet de Werk5.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

insoliteUn éleveur de reines vend le stock de SwitcherUn éleveur de reines vend le stock de Switcher

Mise aux enchèresSwitcher: un acquéreur a déboursé 250 000 francs pour racheter les stocks de la marque en failliteSwitcher: un acquéreur a déboursé 250 000 francs pour racheter les stocks de la marque en faillite

FailliteFaillite de Switcher: 467'123 pièces mises aux enchèresFaillite de Switcher: 467'123 pièces mises aux enchères

TextilesL'entreprise textile suisse Switcher est mise en failliteL'entreprise textile suisse Switcher est mise en faillite

Switcher mise en faillite

Jeudi, le Tribunal de commerce de Lausanne a mis en faillite l'emblématique entreprise textile suisse Switcher.

  26.05.2016 10:29

Top