Le syndicat Unia dénonce des licenciements chez Voumard

chargement

Scène de crime chez Voumard: le syndicat Unia a mené hier matin à Hauterive une opération choc pour dénoncer le licenciement par l'entreprise de 13 personnes, et ceci sans le moindre plan social. La direction de l'entreprise, en mains américaines, dit n'avoir pas eu d'autre choix.

Par TExte: FRANÇOISE KUENZI / Video: Andrea Schmid
  05.06.2009, 09:13

Des silhouettes grises scotchées sur le parking, des fumigènes orange, des rubans en plastique et des coups de klaxon style série américaine, avec un slogan martelé en boucle: «Voumard, cauchemar, Voumard, cauchemar...»

Telle était, hier vers 7h du matin, la drôle de «scène de crime», selon les termes du syndicat lui-même, dressée par une douzaine de militants d'Unia devant l'entreprise à Hauterive.

Le syndicat accuse le fabricant de machines, aux mains de l'Américain Novellus depuis 2005, d'avoir licencié 13 personnes sans aucun plan social, d'avoir «saucissonné» ces licenciements en deux vagues pour éviter d'être soumis à la loi sur les licenciements collectifs et de n'avoir pas cherché, auparavant, à limiter la casse par du chômage partiel.

«Parmi les 13 personnes licenciées, cinq sont proches de l'âge de la retraite et trois ont 20 ans d'ancienneté», dénonce Pascal Crespin, secrétaire syndical responsable du secteur industriel. «Et pour seule mesure d'accompagnement, l'entreprise n'accorde qu'un mois de salaire supplémentaire pour quatre d'entre eux.»

Les militants d'Unia, qui distribuaient des tracts aux ouvriers se rendant à leur travail, espéraient aussi pouvoir entamer de vraies négociations avec la direction. Peine perdue: «Ce sont les méthodes à l'américaine: ils ne savent pas ce que veut dire le partenariat social», confiait un militant.

Aucun employé parmi les personnes licenciées n'a participé à l'action. «Mais on peut le comprendre: elles n'ont pas été libérées immédiatement par l'entreprise et n'ont pas forcément envie de se mettre au premier plan», note Loïc Dobler, secrétaire syndical chargé de l'industrie des machines.

Voumard emploie environ 120 personnes à Hauterive, qui ne sont pas au chômage partiel selon le syndicat, même si la direction l'envisagerait pour l'automne. «Mais il y a du travail jusqu'à la fin de l'année, certains ouvriers continuent de faire des heures supplémentaires, on leur met la pression», relève de son côté la secrétaire centrale d'Unia Catherine Laubscher.

«Nous avons rencontré deux fois la direction, sans succès. La seconde fois, on nous a menacés d'appeler la police», ajoute Loïc Dobler, pour qui l'attitude de la direction américaine tranche singulièrement avec celle des patrons de l'horlogerie: «Nous avons négocié certains plans sociaux avec des indemnités de l'ordre de 60 000 francs… Ici, on ne peut même pas discuter.»

Le groupe Novellus a racheté Voumard Machines, qui était un fleuron de l'industrie des machines du canton de Neuchâtel, en 2005, via sa filiale allemande Peter Wolters. Autrefois basée à La Chaux-de-Fonds, l'entreprise a abandonné son site de fabrication dans les Montagnes pour n'y conserver qu'un centre d'apprentissage. Elle est spécialisée dans la conception et la fabrication de machines à rectifier. /FRK


VIDEO

Reportage réalisé jeudi matin devant l'usine Voumard. Interview de Pascal Crespin, responsable secteur industrie d'Unia Neuchâtel.

«Pas d'autre solution»

L'un des administrateurs américains de Voumard Machines, David Celli, s'est fait huer par les militants d'Unia en arrivant à son travail. Il s'est rapidement engouffré dans l'usine, non sans nous promettre un entretien. Mais à l'heure prévue, il était déjà parti: «Après discussion avec notre avocat, nous ne souhaitons pas répondre à la presse», nous a-il expliqué par téléphone et en anglais. Tout en déplorant l'action menée par Unia ainsi que «l'image négative qu'elle véhicule dans la région», David Celli conteste en partie les chiffres du syndicat, «pas très éloignés de la réalité, mais inexacts», et ne voit pas pourquoi la direction aurait dû négocier avec Unia: «Nous sommes signataires de la convention collective, mais nous ne sommes pas liés au syndicat». Sur le plan économique, l'administrateur confirme que la situation de l'entreprise est difficile. «Comme le reste de la branche. Mais Voumard a déjà tout essayé pour réduire les coûts: il n'y avait pas d'autre solution que les réductions d'effectifs.» /frk

Quelques chiffres

120 Le nombre de collaborateurs de Voumard Machines à Hauterive

3500 L'effectif total du groupe Novellus, propriétaire de l'entreprise.

Un milliard de dollars Le chiffre d'affaires 2008 de Novellus, en baisse de 36% par rapport à 2007.

115 millions de dollars La perte nette réalisée par Novellus en 2008.

1939 Création de l'entreprise par Bertrand Voumard, spécialisée dans les rectifieuses.

2005 Vente à Novellus, via sa filiale allemande Peter Wolters.

Les fabricants de machines au ralenti dans l'Arc jurassien

Les sociétés Tornos, Esco ou encore Dixi sont victimes de la chute de leurs commandes, Elles ont toutes pris des mesures pour lutter contre la crise, par l'introduction de chômage partiel, voire des licenciements. /frk

L'industrie neuchâteloise a perdu 1000 emplois entre janvier et mars 2009

Les chiffres publiés par l'Office cantonal de la statistique prouvent la rapidité avec laquelle la situation de l'industrie neuchâteloise s'est dégradée: au premier trimestre 2009, le secteur secondaire a passé de 34 100 à 33 100 emplois, perdant mille postes de travail. Le secteur tertiaire en a gagné une centaine, de 53 200 à 53 300. /frk


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Finances fédéralesLe Conseil fédéral sollicite un nouveau supplément au budget 2021Le Conseil fédéral sollicite un nouveau supplément au budget 2021

PandémieCertificat Covid: l’exclusion des touristes et hommes d’affaires de pays tiers inquièteCertificat Covid: l’exclusion des touristes et hommes d’affaires de pays tiers inquiète

Budget 2021Finances fédérales: 411 millions de plus pour le coronavirus et les infrastructures ferroviairesFinances fédérales: 411 millions de plus pour le coronavirus et les infrastructures ferroviaires

CriminalitéMafias italiennes en Suisse: «plus facile de blanchir de l’argent sale»Mafias italiennes en Suisse: «plus facile de blanchir de l’argent sale»

ConcoursLe meilleur gruyère neuchâtelois vient à nouveau des BayardsLe meilleur gruyère neuchâtelois vient à nouveau des Bayards

Top