22.10.2009, 11:27

Le secteur horloger n'entrevoit pas le bout du tunnel

chargement

L'industrie horlogère continue à subir les effets de la récession économique. Les exportations du secteur ont diminué de plus d'un quart à 1,1 milliard de francs en septembre, par rapport  au même mois de l'année précédente.

Le recul enregistré en septembre a atteint 26,1%, a indiqué ce matin la Fédération horlogère suisse (FH), dans son relevé mensuel. La  baisse représente -25,9% sur les neuf premiers mois de l'année.  Selon la FH, le résultat des exportations en est revenu au niveau  qui était le sien en 2006.

Le résultat du mois de septembre ne laisse pas entrevoir de  signes de sortie de crise. Il ne confirme pas l'apparence d'embellie  enregistrée au mois d'août dans le rythme de contraction des  exportations (-22%). Ce léger mieux intervenait après un recul de  25,9% en juillet et un plongeon de -32% en juin.

En extrapolant les chiffres sur neuf mois, les exportations  horlogères pourraient se situer aux alentours de 12-13 milliards de  francs sur l'entier de l'année. Bien loin du niveau record encore  affiché en 2008, avec une valeur de 17 milliards, en dépit d'un  dernier trimestre déjà affecté par la crise économique.

Segment du luxe malmené

Les montres en métaux précieux ont enregistré le plus fort recul  de valeur en septembre. L'écoulement des montres en or a diminué de  34,9% en valeur à 308,7 millions de francs. En baisse de 28,5%, les  ventes de montres en platine se sont élevées à 37,5 millions de  francs.

Le recul pour les montres en acier (-27,1% à 434 millions de  francs) a été supérieur à la moyenne de septembre, dans une moindre  mesure cependant que pour les montres en métaux précieux. En recul  de 11% à 73,4 millions de francs, les ventes de garde-temps en  «autres métaux» ont mieux résisté.

Marché américain sinistré

Les exportations ont fortement régressé sur le marché  traditionnel de Hong Kong (-29,9% à 185 millions de francs), et  davantage encore sur le marché américain (-43,4% à 122 millions). Le  marché européen s'est mieux comporté avec des reculs de près de 16%  en France et en Italie, et de 12,8% en Allemagne.

Pour le deuxième mois consécutif, la Chine est apparue en  septembre dans le rang des six principaux pays acheteurs de montres  suisses. Par rapport à septembre 2008, les exportations vers ce pays  sont restées stables compte tenu d'un faible recul de 1,1% à 74,8  millions de francs.

La valeur des exportations a diminué en septembre de 26% pour les  montres de luxe d'un prix supérieur à 3000 francs. Le bilan est  encore plus mauvais pour les ventes de produits de bas de gamme d'un  coût inférieur à 200 francs, qui ont chuté de moitié. Ce plongeon  correspond à un déficit d'exportation de 890'000 pièces. /ats


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

FinancesBanques: la BNS réalise 15,1 milliards de bénéfices en 9 moisBanques: la BNS réalise 15,1 milliards de bénéfices en 9 mois

EconomieTélécommunications: feu vert pour le rachat de Sunrise par Liberty GlobalTélécommunications: feu vert pour le rachat de Sunrise par Liberty Global

Liberty Global pourra racheter Sunrise

La Commission de la concurrence valide la reprise de l’opérateur téléphonique Sunrise par le groupe américain Liberty...

  30.10.2020 07:47

Chronique«Trumperies sur la marchandise», l’air du temps de Luc-Olivier Erard«Trumperies sur la marchandise», l’air du temps de Luc-Olivier Erard

Crise économiqueCoronavirus: coup de pouce prévu pour les loyers commerciauxCoronavirus: coup de pouce prévu pour les loyers commerciaux

mesures d'économieCoûts de la santé: le prix des génériques sur la selletteCoûts de la santé: le prix des génériques sur la sellette

Top