02.08.2015, 19:51

Le franc fort continue à peser lourd sur l'économie suisse

chargement

Les entreprises helvétiques sont toujours aussi nombreuses à souffrir de l'appréciation du franc suisse, selon une enquête de la BNS. Au premier trimestre 2011, elles étaient 47% à subir un impact négatif, contre un taux de 45% au quatrième trimestre 2010.

Ces 47% se décomposent en 23% qui déplorent un impact fortement négatif et 24% qui notent un impact modérément négatif, a indiqué la Banque nationale suisse (BNS) en publiant aujourd'hui son bulletin trimestriel. Le phénomène a beaucoup fait parler ces derniers mois, mais déploie ses effets depuis la mi-2007. C'est l'industrie manufacturière qui se plaint le plus.

Les exportations constituent l'activité la plus pénalisée, constate la grande majorité des entreprises qui, du coup, voient leurs marges fondre. Ce facteur est causé dans la plupart des cas par une baisse des prix exprimés en francs suisses, seules 37% des firmes enregistrant un recul des quantités.

Concernant les mesures destinées à contrer le phénomène, il ressort qu'un quart des entreprises industrielles n'en prend aucune. La solution d'un relèvement des prix à l'étranger a été retenue par 15% environ d'entre elles, alors que la piste privilégiée consiste à réduire les coûts (mais hors personnel). Fait intéressant, la part des sociétés envisageant un changement de stratégie consécutivement à un renforcement durable du franc a progressé de 5 points à 30%. Pour ce qui est des mesures techniques, il apparaît que le recours à des couvertures contre les variations de taux de change est très répandu. Le secteur des services est largement épargné par la vigueur du franc, à raison de 60% des entreprises du tertiaire sondées. La part de celles relevant un impact fortement négatif a toutefois doublé en l'espace de trois mois pour passer à 14%.

Les acteurs de la construction ne subissent guère l'effet du franc fort. Au contraire même, 40% d'entre eux disent plutôt profiter de la valorisation. Certaines entreprises industrielles proches du secteur affirment par ailleurs avoir relevé un renforcement de la concurrence de la part des firmes étrangères.

Globalement, la BNS a compté 16% d'entreprises profitant d'un impact faiblement ou fortement positif, en raison notamment d'un recul des tarifs à l'importation. Selon le sondage, près de 40% d'entre elles ont procédé à une baisse des prix. Reste que, pour deux tiers, les marges se sont améliorées. L'enquête de la BNS se fonde sur un échantillon de 243 entreprises, reflétant le poids des secteurs d'activité dans le pays. Elle a été conduite en janvier et février par les délégués aux relations avec l'économie régionale.

Le franc s'est apprécié de quelque 15% l'an dernier face à l'euro, en touchant même un plus haut historique face à la monnaie unique fin décembre sous 1,24 franc. Depuis, il s'échange entre 1,28 et 1,30 franc. Vis-à-vis du dollar, la devise helvétique a inscrit un record sous 89 centimes le 16 mars dernier./ats


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

ALLEMAGNEAccord à l’amiable sur le DieselgateAccord à l’amiable sur le Dieselgate

Accord à l’amiable sur le Dieselgate

Volkswagen et l’association de consommateurs VZBV ont trouvé un accord pour mettre fin à l’affaire des moteurs truqués.

  29.02.2020 00:01
Premium

FinanceBanques: rémunération en baisse pour les dirigeants d’UBS en 2019Banques: rémunération en baisse pour les dirigeants d’UBS en 2019

TÉLÉCOMMUNICATIONHuawei organise  son avenir sans GoogleHuawei organise  son avenir sans Google

restructurationAéronautique: Ruag International biffe 90 postes à Emmen (LU)Aéronautique: Ruag International biffe 90 postes à Emmen (LU)

subsidesL’initiative du PS pour plafonner les primes maladie a aboutiL’initiative du PS pour plafonner les primes maladie a abouti

Top