14.07.2020, 18:48

Une étude de l’UBS dépeint des patrons plutôt optimistes

chargement
Selon UBS, la plupart des patrons touchés par la crise liée au Covid-19 s'attendent à revenir à leur situation de 2019 seulement en 2022.

Crise économique Malgré les problèmes d’approvisionnement causés par la pandémie, la plupart des patrons ne remettent pas massivement en cause leur dépendance au commerce international. Ils comptent pour la plupart retrouver leur rythme de croisière de 2019 à partir de 2022.

«Nous avons été déçus en bien». Stéphane Mathey, directeur chargé de la clientèle entreprises romandes de l’UBS, utilise cette formule typiquement vaudoise pour commenter un sondage dont il ressort que les patrons se montrent raisonnablement optimistes quant à leur avenir immédiat. La banque a interrogé 2500 entreprises suisses pour évaluer les effets de la crise du covid.

Dans les grandes lignes, l’Arc jurassien ne se distingue pas par un climat significativement plus morose, pour le responsable. Même si quelques points du sondage «démontrent que l’industrie est durement touchée.» Ainsi, «80% des entreprises de l’Arc jurassien estiment que leur survie est probable ou très probable, mais au niveau Suisse, c’est 90%».

A lire aussi : Pour l’économiste Daniel Kaufmann, «le taux de chômage va encore croître après le redémarrage de l’économie»

La cause principale des difficultés économiques est une baisse de la demande, signalée comme modérée ou forte par plus de 60% des entreprises. Par contre, plus de 60% ne signalent «aucune difficulté de paiement». Stéphane Mathey indique que la majorité des patrons s’attendent à retrouver, mais seulement en 2022, un chiffre d’affaires et un nombre d’employés similaire ou meilleur qu’en 2019.

Dans l’intervalle, «on risque de voir des pertes d’emploi après les vacances horlogères, ce qui correspond à la fin du chômage partiel si celui-ci n’est pas prolongé en septembre.»

Pour le banquier, la situation de l’industrie avant la crise représente un avantage: «Il y a eu des investissements importants, l’appareil de production industriel est ‘à la pointe’. Si bien que les difficultés d’investissements temporaires ne pèseront pas trop sur les possibilités de reprise.»

Comment passer à travers la crise du Covid?

Au vu des réponses à leur sondage, quels sont les conseils des banquiers de l’UBS pour permettre aux entreprises de survivre aux conséquences du confinement? Pour Stéphane Mathey, il s’agit de diversifier ses marchés: «C’est ce qu’ont fait beaucoup d’entreprises après la crise des subprimes en 2008. Dans le médical par exemple, il y a encore des marges de progression pour l’industrie de l’Arc jurassien.»

A lire aussi : Patrick Linder: «L’horlogerie conserve un rôle clé pour la place industrielle suisse»

Autre point crucial: diversifier son portefeuille de clients: «Trop d’entreprises de la sous-traitance sont très dépendantes d’un seul gros client. Si celui-ci se porte mal, cela peut entraîner la chute d’un sous-traitant. Ce qui est encourageant à cet égard, c’est que les discussions que nous avons avec nos clients montrent que beaucoup ont profité du confinement pour réfléchir à ces questions.»


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

HorlogerieSwatch Group redresse la barre après un semestre déficitaireSwatch Group redresse la barre après un semestre déficitaire

BanqueNeuchâtel: résultats de la Banque cantonale en baisse au premier semestreNeuchâtel: résultats de la Banque cantonale en baisse au premier semestre

Et maintenant?Economie: entre ouf de soulagement et grosse grimaceEconomie: entre ouf de soulagement et grosse grimace

HorlogerieLa Fédération de l’industrie horlogère anticipe un repli des exportations de 25 à 30%La Fédération de l’industrie horlogère anticipe un repli des exportations de 25 à 30%

Et maintenant?Laurent Kurth: «Nous nous attendons à des turbulences très sérieuses sur plusieurs années»Laurent Kurth: «Nous nous attendons à des turbulences très sérieuses sur plusieurs années»

Top