12.03.2020, 19:44

L’horlogerie tente le confinement

Premium
chargement
Siège de Bulgari à Neuchâtel, en fevrier 2019.

Coronavirus Le secteur horloger se retrouve dans une situation économique tendue à cause de l’effondrement de la demande. Il doit désormais lutter contre ce virus qui menace de stopper les ateliers.

Les horlogers neuchâtelois sont voyageurs, c’est bien connu. C’est notamment le cas de Bulgari. En janvier 2020, les voyages vers la Chine sont interdits au sein du groupe LVMH. Mais ce n’est que le début des ennuis. Le siège neuchâtelois de Bulgari comprend aussi des activités joaillières. La production de bijoux, elle, se déroule dans le Piémont, avec des forces de travail notamment issues de la Vénétie toute proche. La marque italienne...

À lire aussi...

PandémieCoronavirus: comment les entreprises neuchâteloises luttent pour maintenir les activités essentiellesCoronavirus: comment les entreprises neuchâteloises luttent pour maintenir les activités essentielles

PandémieAppel aux Neuchâtelois: «Ne licenciez pas et consommez local!»Appel aux Neuchâtelois: «Ne licenciez pas et consommez local!»

Top