Réservé aux abonnés

Unis contre l’initiative «linguicide»

Après la validation de l’initiative sur l’enseignement d’une seule langue étrangère au primaire, les défenseurs des langues minoritaires poursuivent le combat.
06 juin 2017, 00:01
/ Màj. le 06 juin 2017 à 02:09
Schuhe und Kleider haengen vor dem Schulzimmer der 1. Klasse, zum Schulbeginn, am Montag, 24. August 2015, in Vella. Das Dorf gehoert zur Gemeinde Lumnezia. Ueber 80 Prozent der Einwohner geben das romanische Idiom Sursilvan als ihre Muttersprache an. (KEYSTONE/Gian Ehrenzeller) SCHWEIZ SCHULBEGINN GRAUBUENDEN

LE CONTEXTE
Le 3 mai dernier le Tribunal fédéral a validé l’initative lancée dans les Grisons intitulée «Une seule langue étrangère à l’école primaire». L’exécutif cantonal avait mis son veto, arguant que l’initiative provoquerait une discrimination fondée sur la langue. Le Grand Conseil avait suivi. Si l’initiative venait à être acceptée par le peuple, l’anglais ne serait enseigné au degré primaire que dans les régions germanoph...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois