Premières naissances de cochons noirs des Alpes en Suisse en 40 ans

Huit porcelets sont venus au monde au début du mois de février au parc naturel et animalier de Goldau, dans le canton de Schwytz. C’est la première fois en quatre décennies que des cochons noirs des Alpes se reproduisent en Suisse.
07 mars 2019, 13:02
/ Màj. le 07 mars 2019 à 12:58
Les gorets sont plus colorés que leur nom ne le suggère.

Considéré comme éteint depuis quarante ans, le cochon noir des Alpes est littéralement en pleine renaissance en Suisse. Plusieurs naissances ont eu lieu récemment.

Huit porcelets sont venus au monde au début du mois de février au parc naturel et animalier de Goldau (SZ), a communiqué ce dernier jeudi. Un couple y vit depuis octobre dernier et il s’y plaît manifestement. C’est la première fois en quatre décennies que des cochons noirs des Alpes se reproduisent dans le pays.

Les gorets sont plus colorés que leur nom ne le suggère. Trois d’entre eux sont noirs, comme leurs parents, deux présentent des rayures brunes et trois arborent une robe rose tachetée de pois foncés. Quelques-uns resteront à Goldau, a indiqué la directrice du parc Anna Baumann à Keystone-ATS. D’autres seront confiés à des élevages.

Peu après cette naissance, d’autres se sont produites dans l’Oberland bernois et dans le canton de Zurich, selon le parc schwytzois.

 

 

Presque disparu

Avec leurs longues et puissantes pattes et leur corps trapu, les cochons noirs des Alpes sont taillés pour les alpages. Il y a un siècle, ils étaient présents en grand nombre dans la région alpine, avant d’en disparaître presque complètement. En Suisse, ils avaient été observés à l’état sauvage pour la dernière fois dans les Grisons, il y a donc quarante ans.

On doit leur survie au réseau «pro Patrimonio Montano» et à des éleveurs du Tyrol du Sud. Ils ont récemment retrouvé les derniers représentants de l’espèce en Italie et ont initié un programme de reproduction.

D’une surface de 42 hectares, le parc de Goldau est un centre de protection de la nature et un espace de détente. Il a été fondé en 1925. Il abrite plus d’une centaine d’espèces d’animaux sauvages européens, dont beaucoup menacées d’extinction.