Loi contre le terrorisme: plus de 500 plaintes déposées en cinq jours contre la votation

Le Parti Pirate a annoncé un afflux de 500 plaintes, en cinq jours, contre la votation sur le projet de loi contre le terrorisme.
02 juin 2021, 13:07
/ Màj. le 02 juin 2021 à 13:07
Les plaignants affirment que le livret de vote n'est pas objectif et ne permet pas aux électeurs de se faire une opinion claire.

Plus de 500 plaintes ont été déposées par des citoyens en cinq jours concernant la votation sur le projet de loi contre le terrorisme, a annoncé mercredi le Parti Pirate. Le peuple est appelé à se prononcer sur ce texte le 13 juin prochain.

Cet afflux de plaintes ne montre pas seulement le mécontentement à l’égard de la «désinformation» propagée en rapport avec ce projet de loi, écrit mercredi le Parti Pirate à propos de cette action. Elle montre aussi «la nécessité pour la population de participer au lieu d’être surveillée et mal informée» par les autorités.

«L’affaire est claire: afin d’éviter que la démocratie suisse ne subisse encore plus de dommages, le vote du 13 juin sur cette loi doit être annulé immédiatement», affirme Biljana Lukic, vice-présidente du parti, citée dans le communiqué.

Dans tous les cantons

Au moins une plainte a été déposée dans chaque canton, selon le Parti Pirate. Il précise que parmi les plaignants figurent des avocats de renom tels que l’ancien juge fédéral Niccolò Raselli, l’ancien procureur général Paolo Bernasconi, l’ancien procureur général, ancien rapporteur du Conseil de l’Europe et ex-conseiller aux Etats PLR tessinois Dick Marti, et le conseiller national Christian Dandrès (PS/GE).

Les plaignants affirment que le livret de vote n’est pas objectif et ne permet pas aux électeurs de se faire une opinion claire. Selon eux, les faits présentés sont trompeurs et des conséquences juridiques importantes sont balayées sous le tapis.