L'argent du trafic d'organes était déposé en Europe

02 août 2015, 19:41
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39

L'argent provenant du trafic d'organes au Kosovo et en Albanie a été déposé sur des comptes en banque dans plusieurs pays européens dont la Suisse, a affirmé hier le quotidien serbe «Blic». L'existence de ces comptes aurait été découverte par les enquêteurs du Procureur serbe pour les crimes de guerre et le FBI américain.

«Des comptes bancaires en Suisse, Albanie, Allemagne et d'autres pays européens, soupçonnés d'avoir été utilisés pour déposer de l'argent provenant du trafic d'organes, pourraient conduire à Hashim Thaçi», écrit «Blic», sans préciser l'origine de ses informations. Le porte-parole du procureur serbe pour les crimes de guerre, Vladimir Vukcevic, n'a pas voulu commenter l'enquête en cours. Mais une source proche des enquêteurs serbes a confirmé sous le couvert de l'anonymat les informations rapportées par Blic.

Le rapporteur du Conseil de l'Europe Dick Marty part lui aussi du principe que le réseau mafieux présumé autour d'Hashim Thaçi disposait de ressources financières à l'étranger. Les membres du «groupe de Drenica», un noyau de personnalités de l'Armée nationale du Kosovo (UCK), auraient ainsi fait main basse sur des fonds envoyés à l'origine par la diaspora pour soutenir le combat des indépendantistes.

Ces fonds se trouvaient entre autres sur des comptes en Suisse et en Allemagne, écrit le sénateur tessinois dans son rapport. Ces montants ont augmenté «de façon spectaculaire» depuis la création du fonds UCK Atdheu Thërret (La patrie appelle), souligne Dick Marty. Dick Marty a enquêté sur un trafic d'organes en Albanie sur des prisonniers serbes des indépendantistes kosovars à la fin des années 90. Son rapport met en cause des responsables de l'Armée nationale du Kosovo (UCK), dont faisait partie Hashim Thaçi. L'affaire pourrait concerner 500 victimes.

Côté suisse, aucune enquête n'est en cours contre Hashim Thaçi ou des membres présumés du «groupe de Drenica», a indiqué hier le Ministère public de la Confédération. Pas d'investigation non plus sur d'éventuels comptes alimentés par l'argent de la drogue ou du trafic d'organes. L'office fédéral de la justice n'a reçu aucune demande d'entraide judiciaire de la Serbie, a précisé son porte-parole Folco Galli. Micheline Calmy-Rey renonce pour le moment à recevoir le Prix Diaspora, qui lui a été décerné par l'ambassade du Kosovo en Suisse pour son engagement en faveur de l'indépendance du pays.

En Albanie, le président Bamir Topi a sévèrement condamné hier des accusations qui visent à «salir la nation albanaise», «le jeune Etat multiethnique du Kosovo et ses dirigeants légitimes». Tirana s'est à nouveau dite prête à collaborer à une enquête internationale. Le chef de l'opposition socialiste Edi Rama a traité Dick Marty de «charlatan». La présidente du Parlement Jozefine Topalli a exigé une «expertise médico-légale» pour vérifier l'état de santé mentale du parlementaire helvétique. /ats-afp