Immigration: léger recul des demandes d'asile

Les demandes d'asile sont en recul. Par rapport à janvier 2016, on en compte 157 de moins pour un total de 1431 dossiers. Les pays de provenance sont l'Erythrée, la Syrie, la Géorgie, la Somalie et la Turquie.
13 févr. 2018, 16:06
/ Màj. le 13 févr. 2018 à 16:06
Les demandes d'asile sont en baisse.

En janvier, 1431 demandes d’asile ont été déposées en Suisse. Par rapport au mois de janvier de l’année dernière, le nombre a diminué d’un dixième (−157), a annoncé mardi le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM).

Par rapport à décembre toutefois, 230 demandes supplémentaires ont été déposées (+19,2%). Cette augmentation s’explique par l’enregistrement, dans le courant du mois, de certaines demandes déjà présentées en fin d’année.

Les principaux pays de provenance des migrants ont été l'Erythrée (262), la Syrie (107), la Géorgie (100), la Somalie (93) et la Turquie (74).

Asile accordé à plus de 500 personnes

Le SEM a accordé l'asile à 518 personnes, en a admis provisoirement 683 autres et 513 ont vu leur demande rejetée. Enfin, 559 personnes ont quitté le territoire suisse.

Par ailleurs, 31 personnes ont été accueillies en Suisse en janvier dans le cadre du programme du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR). Celui-ci prévoit l'accueil des personnes reconnues comme réfugiées et qui ont fui dans des pays voisins, comme le Liban ou la Jordanie.

La Suisse s'est engagée à accueillir 2000 Syriens dans ce cadre en 2017 et 2018. Berne s'est également portée volontaire pour prendre en charge 1500 personnes dans le cadre du programme de relocalisation de l'Union européenne. En tout, 1481 personnes ont été accueillies depuis septembre 2015.

Celles restant à accueillir pour atteindre le quota prévu arriveront dans le courant du premier trimestre 2018. La Suisse aura ainsi tenu son engagement et ce programme pourra être clos. La relocalisation consiste à transférer vers un autre État européen des requérants d’asile déjà enregistrés en Italie ou en Grèce, deux Etats Dublin confrontés à de nombreuses demandes à la frontière extérieure de l’espace Schengen.