Il faut écouter Michel Bühler

C’est un vieux monsieur, honnête et droit, qui chante toujours haut, fort et juste. A 76 ans, Michel Bühler signe un 21e album qui le classe définitivement parmi les artistes essentiels de la scène romande.
30 nov. 2021, 05:30
/ Màj. le 04 déc. 2021 à 18:05
AirDutemps-ThierryBrandt

Je ne connais pas personnellement Michel Bühler. Mais il m’apparaît comme un vieil ami, avec ses chansons qui m’accompagnent depuis mon adolescence, en particulier depuis la fameuse Fête à la chanson romande de 1979. Un bail, quoi. Quel plaisir d’entendre que le barde de L’Auberson, à l’écart des modes, du show-biz et du tintamarre des réseaux sociaux a toujours autant de choses à dire de sa voix chaleureuse.

Car figurez-vous qu’à 76 ans, Michel Bühler vient de sortir son 21e album, sobrement intitulé «Rouge». Rouge comme le sang qui coule dans les veines de cet éternel révolté. Rouge comme celui de la passion amoureuse. Rouge évidemment aussi comme celui des martyrs et des oubliés, le drapeau des combats politiques et de la solidarité. Il y a tout cela dans les treize chansons qui composent celui-ci. Un disque testament?

Loin de nous l’envie d’enterrer l’artiste. Mais bon, le temps passe. Il se colore fortement de nostalgie. Bühler le chante lui-même: «Arrivé au bout de mon âge, dans un siècle déjà vieilli, tout ce que j’ai dans mes bagages, c’est que du vent, ça me suffit.»

La poésie de Michel Bühler prend ses racines ici. Elle parle des gens du coin, tout en évoquant l’universel. Le gars est modeste, honnête et droit, ses ritournelles aussi. Elles vont toujours à l’essentiel. Et ça vous touche, ça vous remue profond. A vous arracher une larme, souvent. Le tout souligné par de jolis arrangements et servi sans effets superflus par d’excellents musiciens.

Il faut vraiment écouter Michel Bühler, définitivement inscrit parmi les artistes essentiels de la scène romande.

par Thierry Brandt