Fête nationale – Guy Parmelin: un marathon du 1er août qui s’achève à Lausanne

Après un brunch à Bouloz (FR), le président de la Confédération Guy Parmelin a été reçu dimanche à Lausanne sur l’esplanade de Montbenon pour la soirée du 1er août. Près de mille personnes sont venues écouter le discours du Vaudois.
01 août 2021, 21:54
/ Màj. le 01 août 2021 à 21:59
Guy Parmelin (droite) pose avec le syndic de Lausanne Gregoire Junod (gauche), lors de la fête nationale sur l'Esplanade de Montbenon, dans le cadre du festival Riposte à Lausanne.

Dans son allocution, Guy Parmelin s’est dit proche de Lausanne, «cette paysanne qui a fait ses humanités» et le chef-lieu de son canton. «La ville est davantage qu’un pôle éducatif pour nos jeunes: c’est une véritable rampe de lancement», a-t-il déclaré, soulignant qu’il y a effectué son gymnase.

Optimisme de mise

Le chef du Département de l’économie, de la formation et de la recherche (DEFR) a rappelé les longs mois de pandémie durant lesquels «nous avons dû bon gré mal gré, nous plier à des dispositions contraignantes». Il s’est dit «admiratif des efforts consentis dans ces pénibles circonstances par la population».

Le but du chemin n'est pas la destination: le but du chemin, c'est le chemin lui-même.
Guy Parmelin, président de la Confédération

Le président de la Confédération s’est dit confiant: «La reprise de l’économie et du marché du travail, la vitalité proprement spectaculaire de notre marché d’exportation incitent en effet à l’optimisme». Et de citer le sage pour conclure: «Le but du chemin n’est pas la destination: le but du chemin, c’est le chemin lui-même».



A l’occasion de sa présence dans la capitale olympique, Guy Parmelin n’a pas manqué de saluer les incroyables exploits des sportifs suisses à Tokyo. La Lausannoise et championne olympique de tennis Timea Bacsinszky qui a lu le cantique suisse en début de cérémonie.

Encourager la vaccination

Auparavant le syndic Grégoire Junod a invité la population «à se donner un passeport pour la liberté» et à se faire vacciner. «Seul un Suisse sur deux l’est, nous sommes en queue de peloton», a-t-il déploré. La vaccination est pourtant l’un des progrès majeurs du 20e siècle, a-t-il rappelé.