Réservé aux abonnés

Ehud Olmert craint l’interpellation

L’ex-premier ministre renonce à se déplacer en Suisse en raison du risque de se faire arrêter pour crime de guerre.
26 juil. 2019, 00:01
/ Màj. le 26 juil. 2019 à 00:01
DATA_ART_12984793

L’ancien premier ministre israélien Ehud Olmert renonce à un déplacement en Suisse en raison, selon lui, d’une possible interpellation. En cause, son rôle au moment de l’opération militaire israélienne «Plomb durci» entre 2008 et 2009 à Gaza. Selon Ehud Olmert, les autorités helvétiques ont indiqué qu’elles veulent «l’entendre et éventuellement l’arrêter» dans le cadre de possibles crimes de guerre, a dit, hier, l’ancien homme politique.

Le Département fédéral des affaires étrangères renvoie au Ministère public de la Confédération. Celui-ci a fait savoir qu’il ne mène aucune...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonnés

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de 300 CHF par an