Dieselgate: certaines Audi A6 et A7, dont les moteurs ont été truqués, interdites d'immatriculation en Suisse

A compter du 10 août, certains modèles d'Audi A6 et A6, équipés d'un moteur diesel de 3 litres de cylindrée, ne pourront plus être immatriculés en Suisse. L'OFROU réagit aux trucages des moteurs du constructeur allemand.
08 août 2018, 16:57
/ Màj. le 08 août 2018 à 17:41
Les modèles A6 et A7 équipés de moteur 3 litres diesel de la génération C7 sont concernés.

Nouveau chapitre dans l'affaire des manipulations de logiciels chez VW. C'est au tour de deux modèles d'Audi de se voir refuser l'autorisation de circuler en Suisse. L'Office fédéral des routes a émis mercredi des directives dans ce sens à l'intention des cantons.

Sont visées par la directives de l'OFROU les Audi A6 et A7 3.0 l diesel (génération C7) répondant à la norme Euro 6 et importés dès vendredi prochain. Il est démontré que ces modèles de véhicules sont équipés d’un dispositif d’invalidation illicite pour l’épuration des gaz d’échappement, écrit mercredi l'OFROU, justifiant sa décision.

Les véhicules concernés ne pourront être immatriculés en Suisse comme véhicules neufs qu’à partir du moment où ils satisferont de nouveau aux prescriptions, preuve à l’appui. Les modèles 2018/2019 des Audi A6 et A7 (génération C8) ne sont pas touchés par cette mesure.

Ceux déjà immatriculés en Suisse ne sont pas non plus affectés par la mesure et peuvent continuer à circuler. Ils devront cependant être remis aux normes, prévient l'OFROU. Leurs détenteurs feront l'objet de campagnes de rappel.

Depuis 2015

Le scandale à tiroirs avait éclaté en septembre 2015. L'agence américaine de l'environnement (EPA) avait alors accusé Volkswagen d'avoir équipé 11 millions de ses voitures diesel d'un logiciel capable de fausser le résultat des tests antipollution. Il dissimulait des émissions dépassant parfois jusqu'à 40 fois les normes autorisées.

Audi a été tardivement rattrapée par ce dossier. La filiale de Volkswagen a dû rappeler début juin quelque 60'000 A6 et A7 après la découverte d'un "logiciel illicite" capable de fausser les niveaux d'émissions de gaz polluants.