Coronavirus et variant Omicron: Parmelin appelle à accélérer la 3e dose, un expert propose de raccourcir le délai pour sauver Noël

Pour que le nouveau variant ne se propage pas rapidement en Suisse, le président de la Confédération Guy Parmelin demande aux personnes qui reviennent d’Afrique du Sud de se mettre en quarantaine. La cheffe de la task force Tanja Stalder estime que ce n’est qu’une question de temps avant qu’Omicron soit présent dans le pays.
28 nov. 2021, 07:51
/ Màj. le 28 nov. 2021 à 10:24
Guy Parmelin s'est exprimé ce dimanche dans la SonntagsZeitung.

Alors que le nouveau variant Omicron se répand, le président de la Confédération Guy Parmelin lance un nouvel appel à la vaccination. Il s’agit désormais de vacciner encore plus et encore plus vite; la vaccination de rappel est très importante pour ceux qui ont été vaccinés il y a plus de six mois, insiste le Vaudois dans la SonntagsZeitung. 

A lire aussi: Variant Omicron: quarantaine obligatoire en Suisse au retour du Royaume-Uni, des Pays-Bas, de l’Egypte ou de la République tchèque

Il exige que les personnes qui reviennent d’Afrique du Sud se mettent en quarantaine afin que le nouveau variant ne s’introduise pas rapidement et largement en Suisse. 

Raccourcir le délai pour la dose de rappel

Richard Neher, membre de la taskforce de la Confédération, va plus loin et propose de réduire le délai pour la dose de rappel de six à quatre ou cinq mois.  En raison du délai actuellement en vigueur, de très nombreuses personnes en Suisse ne pourront pas recevoir de dose de rappel avant la fin de l’année, explique M. Neher dans la SonntagsZeitung.

Etant donné que les nouvelles infections se situent déjà à un niveau élevé, il ne suffit pas de freiner la hausse. Une baisse est nécessaire et pour cela il faut d’autres mesures, souligne-t-il.

Si la population reçoit autant de doses de rappel que possible dans les trois prochaines semaines, il sera possible de sauver Noël, estime-t-il.

Omicron en Suisse, une question de temps

Pour la cheffe de la task force de la Confédération Tanja Stadler aussi, la Suisse doit agir car ce n’est qu’une question de temps avant que le nouveau variant Omicron ne soit présent dans le pays.

A lire aussi: Coronavirus et variant Omicron: les passagers d’un vol Johannesburg-Zurich doivent se faire tester

S’il n’est pas encore possible d’évaluer la dangerosité du nouveau variant, l’on sait qu’il a contaminé des personnes guéries ou vaccinées, indique-t-elle dans la NZZ am Sonntag. Elle précise que le variant Omicron s’est imposé dans les régions où le variant Delta était prédominant.

La Suisse dispose donc d’une fenêtre d’opportunité qu’elle doit utiliser pour se préparer, conclut l’experte. Et d’ajouter qu’il s’agit maintenant de maîtriser le variant Delta avant qu’Omicron ne pose des défis encore plus importants à la Suisse.