Réservé aux abonnés

Commerce de guerre épinglé

Pour le Groupe pour une Suisse sans armée, il n’est pas admissible que la Suisse participe à l’armement.
22 juin 2018, 00:01
/ Màj. le 22 juin 2018 à 00:01
Personen mit Unterschriftenboegen in Form von kleinen Panzern und Fahnen auf dem Bundesplatz waehrend der Einreichung der Unterschriftenboegen der "Kriegsgeschaefte-Initiative" der GSOA bei der Bundeskanzlei, am Donnerstag, 21. Juni 2018, in Bern. (KEYSTONE/Anthony Anex) SCHWEIZ EINREICHUNG KRIEGSGESCHAEFTE-INITIATIVE

Le peuple votera sans doute sur le financement des producteurs de matériel de guerre. Le Groupe pour une Suisse sans armée (GSSA) a déposé, hier, à Berne, son initiative populaire pour que la place financière suisse ne soit plus complice du commerce des armes.

Le texte, muni de 104 902 signatures, a été remis à la Chancellerie fédérale à Berne. Le texte «Pour une interdiction du financement des producteurs de matériel de guerre» exige que la Banque nationale suisse (BNS), les caisses de pension et les fondations renoncent à investir dans l’industrie d’armement. Et ce qu’elle soit basé...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois