Comme la plupart de ses voisins, la Suisse interdit finalement les Boeing 737 MAX dans son espace aérien

La France, l'Allemagne, la Grande-Bretagne, l'Australie, de nombreux pays asiatiques et plusieurs compagnies aériennes ont réagi au crash du Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines en interdisant ces appareils dans leur espace aérien. La Suisse tarde à suivre ce mouvement mardi, avant d'appliquer, elle aussi, la décision européenne.
12 mars 2019, 15:54
/ Màj. le 12 mars 2019 à 15:52
Pour la sécurité aérienne suisse, rien ne justifie pour l'heure une interdiction des 737 MAX.

La Suisse a pris son temps, ce mardi, avant de trancher. Oui, comme la plupart de ses voisins et de nombreux pays européen, elle interdit elle aussi les Boeing 737 MAX dans son espace aérien à la suite de l'accident d'un vol d'Ethiopan Airlines qui a fait 157 morts dimanche. Ce même si aucune compagnie helvétique n'a ce type d'avion dans sa flotte. La décision de l’Agence européenne pour la sécurité aérienne s’applique aussi à notre pays, dès ce mardi 19 heures.

 

 

Interrogé par Keystone-ATS, l'Office fédéral de l'aviation civile (OFAC) indiquait dans un premier temps mardi après-midi vouloir attendre les conclusions de l'enquête menée par les autorités éthiopiennes, par le constructeur Boeing et par la Federal Aviation Administration (FAA), l'autorité de l'aviation civile américaine, avant de prendre une décision.

 

 

Rien de concret pour l’instant

"Pour l'instant nous n'avons pas de faits ou de preuves concrètes" pour se prononcer, expliquait Antonello Laveglia, porte-parole de l'OFAC. "Comme pour toutes les questions de sécurité, l'OFAC est en contact étroit avec les fabricants et les autorités de sécurité internationales", précise-t-il.

A lire aussi : Plusieurs pays, dont la Grande-Bretagne, interdisent les Boeing 737 MAX 8 dans leur espace aérien

En plus du fait qu'aucun avion de ce type n'est immatriculé en Suisse, il n'y a "que deux ou trois vols par mois" dans l'espace aérien suisse d'autres compagnies étrangères qui utilisent le Boeing 737 MAX, relève M. Laveglia. "C'est minime", dit-il.

Mais les autorités de surveillance de l’aviation civile ont fini par emboîter le pas à leurs collègues européens, mardi, en fin d’après-midi. Urs Holderegger, le chef de la communication de l’OFAC l’a confirmé à nos collègues de 20 Minuten.

France, Allemagne, Grande-Bretagne

Un 737 MAX 8 de la compagnie Ethiopian Airlines s'est écrasé dimanche au sud-est d'Addis Abeba peu après le décollage, tuant les 157 passagers et membres d'équipage. Dans la foulée, la Chine, l'Indonésie, la Corée du Sud et la Mongolie ont décidé d'immobiliser tous les avions de ce type, de même que les compagnies Ethiopian Airlines, Cayman Airways et la sud-africaine Comair et Aerolineas Argentinas.

Plusieurs Etats, comme la France, l'Allemagne, la Grande-Bretagne ou l'Australie, interdisent carrément tous les Boeing 737 MAX dans leur espace aérien.