Après la Syrie, des grenades du fabricant suisse Ruag retrouvées en Libye

Alors que le Conseil fédéral est en passe d'assouplir la loi sur les exportations d'armes, et une semaine après la découverte de grenades suisses dans les rangs de l'Etat islamique, c'est cette fois en Libye que des grenades made in Ruag ont été trouvées.
09 sept. 2018, 17:55
/ Màj. le 09 sept. 2018 à 17:55
C'est la deuxième fois en deux semaines que des grenades suisses sont signalées dans des pays en conflit (illustration).

Les grenades à main de la société d'armement suisse RUAG ont été retrouvées en Libye. Cette information intervient une semaine après la même découverte faite en Syrie.

"Selon les photos (ndlr: publiées dans le Sonntagsblick), il s'agit d'une grenade à main de RUAG, qui provient d'une livraison faite en 2003 aux Emirats arabes unis", a déclaré dimanche le porte-parole de RUAG, Clemens Gähwiler, à Keystone-ATS. Il revenait sur une information de l'hebdomadaire alémanique.

Même lot qu'en Syrie?

Cela pourrait être des grenades à main faisant partie de la même livraison, qui a déjà fait les gros titres la semaine dernière. Dimanche dernier, le Sonntagsblick avait déjà signalé que de tels engins étaient entre les mains de l'alliance djihadiste Hayat Tahrir al-Cham (HTS, formé de membres de l'ex-branche d'Al-Qaïda) près de la ville syrienne d'Idleb.

Une affaire similaire avait été révélée à l'été 2012. Des grenades fabriquées par RUAG avaient été découvertes en Syrie. Elles auraient été utilisées par l'Armée de libération syrienne (ALS) dans sa lutte contre le régime de Bachar al-Assad.

La Suisse avait vendu ce matériel aux Emirats arabes unis, ce dernier l'avait offert à la Jordanie, puis les armes s'étaient retrouvées aux mains des rebelles syriens.

RUAG souligne que ce cas a été réglé et que des mesures ont été prises. Et de souligner: "RUAG n’a pas livré de grenades à main au Moyen-Orient depuis 2003/2004".