Antiterrorisme: opération d’envergure dans les cantons de Zurich, Berne et Schaffhouse

Une opération antiterroriste d’envergure a eu lieu mardi dans les cantons de Zurich, Berne et Schaffhouse. Onze perquisitions ont été menées simultanément.
29 oct. 2019, 11:17
/ Màj. le 29 oct. 2019 à 11:28
Grosses Polizeiaufgebot an der Europaallee, aufgenommen am Freitag 23. Februar 2018 in Zuerich. Gemaess Augenzeugen-Berichten soll es zu einer Schiesserei gekommen sein. .(KEYSTONE/Ennio Leanza)..Large police force at the Europaallee, pictured on Friday, February 23, 2018 in Zurich, Switzerland. According to eyewitness reports it should have come to a shooting. (KEYSTONE/Ennio Leanza)

Une grande opération antiterroriste a été menée mardi dans les cantons de Zurich, Berne et Schaffhouse. Onze perquisitions ont été menées simultanément contre onze personnes, dont cinq adolescents.

Une centaine d'agents de fedpol et des polices cantonales de Berne, Zurich et Schaffhouse ont été déployés, a précisé le Ministère public de la Confédération (MPC) dans un communiqué. L'opération a été menée conjointement par le MPC, le Ministère public des mineurs de Winterthour et celui du canton de Berne.

 

A lire aussi : Terrorisme: âge, sexe, formation, nationalité... qui sont les djihadistes suisses?

 

Quatre d'entre eux, âgés entre 15 et 17 ans, vivent dans le canton de Zurich. Le cinquième adolescent est établi dans le canton de Berne. Ils sont poursuivis par les ministères publics des mineurs de Winterthour et de Berne tandis que le MPC mène des procédures pénales contre les six prévenus adultes.

Liens avec l'Etat islamique

Les onze personnes sont soupçonnées de violation de la loi interdisant les groupes Al-Qaïda et Etat islamique ainsi que de soutien, respectivement de participation à une organisation criminelle. L'un des six prévenus adultes est un djihadiste de retour qui a déjà fait l’objet en Suisse d’un jugement entré en force pour violation de la loi sur l’Etat islamique, précise le MPC.

Le procureur de la Confédération s’adressera au tribunal des mesures de contrainte compétent pour demander sa détention préventive ainsi que celle d’un autre prévenu. Tous deux restent en détention jusqu'à la décision finale du tribunal.