Stan Wawrinka en test face à Pablo Carreño-Busta au Geneva Open

Stan Wawrinka affrontera jeudi l'Espagnol Pablo Carreño-Busta en quarts de finale du Geneva Open. Cette rencontre constituera un véritable test pour le Vaudois, dont les dernières performances ont été plutôt moyennes.
18 mai 2016, 17:38
/ Màj. le 18 mai 2016 à 17:42
Le Vaudois devra se montrer serein et percutant jeudi.

Stan Wawrinka (ATP 4) en est bien conscient. Son succès-éclair fêté mardi face à Albert-Ramos Viñolas (ATP 53) ne lui offre aucune garantie pour la suite du Geneva Open. On devrait en savoir un peu plus sur son état de forme après le quart de finale qu'il jouera jeudi à 18h face au solide Pablo Carreño-Busta (ATP 43).

Le natif de Gijón (ESP) avait fait pour la première fois parler de lui en 2013, année au terme de laquelle il avait d'ailleurs été désigné par ses pairs joueur ayant le plus progressé sur l'ATP Tour. Il avait terminé cette saison au 64e rang mondial, alors qu'il l'avait entamée en... 654e position dans la hiérarchie ! Vainqueur de sept titres ITF en début d'année, il avait également remporté quatre tournois estampillés Challenger en 2013.

Pablo Carreño-Busta (24 ans) avait surtout atteint pour la première fois le dernier carré d'un tournoi ATP en 2013. C'était en mai à Oeiras, sur terre battue forcément. Issu des qualifications, le résident barcelonais avait battu pour la première fois l'un des 30 meilleurs joueurs du monde (Fabio Fognini). Il avait été stoppé en trois sets par le futur vainqueur du tournoi... Stan Wawrinka.

Cet affrontement est jusqu'ici le seul entre les deux hommes. Le Vaudois, qui venait de commencer sa collaboration avec son coach Magnus Norman, est passé depuis dans une autre dimension avec la quête de deux titres du Grand Chelem (Open d'Australie 2014 et Roland-Garros 2015). L'Espagnol a quant à lui peiné à confirmer sa belle saison 2013: il avait bouclé l'exercice 2014 à la 51e place mondiale, mais avait rechuté au 67e rang douze mois plus tard.

Pablo Carreño-Busta a cependant franchi un nouveau palier cette année. Il a disputé les deux premières finales de sa carrière sur le circuit ATP, à São Paulo et à Estoril (sur terre battue bien évidemment), battant deux des 25 premiers mondiaux - Gilles Simon et Benoît Paire - au Portugal. Joueur solide et sans point faible, ce grand admirateur de David Ferrer peut poser des problèmes à un Stan Wawrinka "moyen". Au Vaudois de trouver la solution en se montrant aussi serein et percutant que mardi.