Podium et rêves de MotoGP pour Thomas Lüthi

02 août 2015, 19:52
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39

Thomas Lüthi veut mettre toutes les chances de son côté pour remporter le championnat du monde de Moto2. Le Bernois, tout d'abord agressif avant de se montrer plus prudent, s'est contenté d'assurer la deuxièmee place du GP d'Espagne à Jerez, derrière son coéquipier chez Suter, l'Italien Andrea Iannone. En coulisses, son avenir en MotoGP se précise.

La régularité a la priorité cette saison sur le panache pour le pilote suisse, troisième du premier GP de la saison au Qatar. Troisième sur la grille, Lüthi a pris les commandes de la course au cinquième tour, faisant forte impression sur une piste rendue difficile par une pluie intermittente. La victoire paraissait être un objectif tout à fait abordable. Mais sentant Iannone revenir sur lui, le Bernois a cédé sa première place au 14e tour, se contentant alors de gérer une confortable avance sur ses poursuivants, notamment l'Italien Simone Corsi (3e). Ce deuxième podium de la saison - le 19e de sa carrière et le neuvième dans la catégorie - permet à Lüthi de pointer au deuxième rang du championnat derrière Iannone, à égalité avec l'Allemand Stefan Bradl. «J'ai vite été dans le bon rythme. J'ai tenté de me détacher, mais j'ai vu que je n'y arrivais pas. A six tours de la fin, je me suis dit ok, j'assure la deuxième place», commente-t-il.

Reste que l'avenir de Lüthi se dessine de plus en plus en MotoGP. Le Bernois de 24 ans devrait même faire le grand saut dans le catégorie reine l'an prochain grâce aux efforts de son manager Daniel Epp. Ce dernier a obtenu de la société Dorna, détentrice des droits, une place en MotoGP pour la saison prochaine. Si tout se déroule comme prévu, le pilote de la structure mise en place par le Bâlois sera Lüthi, qu'il a lui-même lancé en 2002 et avec lequel il a remporté le titre des 125 cmc en 2005. Lüthi serait alors le premier Suisse depuis Eskil Suter (1998) à piloter dans la catégorie reine. Le contrat porterait sur trois ans.

«Mon envie d'évoluer en MotoGP n'a jamais été un secret», confirme Lüthi. «Tôt ou tard, cela ne fait toutefois aucune différence. Mais je me concentre pour l'heure uniquement sur ma prochaine course à Estoril.»

Pour financer la «promotion» de Lüthi, Epp a créé un groupe d'investisseurs (Paddock MotoGP Club GmbH) qui devrait apporter 3 millions de francs par saison. Des chiffres qui permettraient le maintien d'une équipe suisse en Moto2. Dès lors, Epp devra trouver un successeur à Lüthi, qui pourrait être l'autre Bernois du circuit, Dominique Aegerter. Un pilote qu'Epp qualifie de «très intéressant».

En MotoGP, la victoire est revenue au champion du monde espagnol Jorge Lorenzo (Yamaha), devant son compatriote Daniel Pedrosa (Honda) et l'Américain Nicky Hayden (Ducati).

Giulian Pedone distancé

Enfin, en 125 cmc, Giulian Pedone (Le Landeron) n'a pas terminé une course remportée par l'Espagnol Nicolas Terol (Aprilia). Le Neuchâtelois de 17 ans, sur Aprilia, a connu l'élimination dans le neuvième des 23 tours, alors qu'il était lanterne rouge. Le néophyte, 26e au Qatar en ouverture de saison et relégué très loin dans les différentes séances d'essais (29e samed), peut mesurer l'ampleur de sa tâche avant de pouvoir, un jour, lutter pour les points. /si