Réservé aux abonnés

Nature, dépassement de soi: comment Neuchâtel s'est mis au trail

Le trail gagne en popularité dans le canton de Neuchâtel. Courir avec du dénivelé positif n’est pourtant pas nouveau dans la région. Alors pourquoi cet engouement maintenant? On fait le point.
12 juil. 2021, 18:19 / Màj. le 13 juil. 2021 à 00:07
Passage de Didier Fatton (dossard 51), Jean-Blaise Montandon (103) et Daniel Siegenthaler (141) au pied de Clémesin lors de l'édition 1988 du Chaumont - Chasseral - Chaumont.

«Mon grand-père partait de Fleurier pour livrer quatre lettres le long de la crête du Soliat au début du siècle dernier. D’une certaine façon, il faisait déjà du trail sans le savoir.»

Ancien président du comité d’organisation de la course de montagne Chaumont-Chasseral-Chaumont, disparue en 1998, Didier Fatton a le sens de la formule.

Ce qu’on appelle désormais «trail» («sentier» en français) consiste à courir en pleine nature, avec des relie...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois