Le légendaire Francis Blank est décédé

Ancien grand hockeyeur et footballeur, Francis Blank est décédé à l’âge de 90 ans. Il a marqué durant de longues années l’histoire du sport neuchâtelois, comme joueur, entraîneur et dirigeant. En particulier de feu Neuchâtel Young Sprinters.
05 nov. 2021, 10:10
/ Màj. le 05 nov. 2021 à 19:03
Francis Blank nous a quittés cette semaine.

Le sport neuchâtelois pleure encore une de ses légendes: Francis Blank s’est éteint ce mercredi 3 novembre à l’âge de 90 ans. Ce grand sportif était surtout connu pour ses exploits une crosse à la main, mais il était aussi habile avec une balle au pied.

«A l’époque, il jouait au hockey sur glace le samedi soir avec les Young Sprinters de Neuchâtel et il disputait un match de football le dimanche après-midi avec le FC Cantonal», se souvient François Pahud, ancien président de feu Neuchâtel YS, et ancien journaliste sportif de «L’Express».

Le maillot de la Suisse à 63 reprises

En vrai, Francis Blank a surtout marqué son époque en tant que hockeyeur. Depuis la fin des années 1940 jusqu’en 1966, il a disputé d’innombrables matches en ligue nationale, surtout avec feu Neuchâtel YS, mais aussi avec le HC Bienne et l’équipe nationale. Cet attaquant combatif a porté à 63 reprises le maillot de la Suisse et il avait pris part aux JO d’Oslo en 1952.

Il formait surtout une terrible ligne d’attaque, surnommée la MBB, avec ses compères Orville Martini et Gian Bazzi. Cette triplette contribua grandement aux succès des Young Sprinters qui remportèrent à trois reprises la Coupe de Suisse (1957, 1958 et 1963).

Entraîneur et consultant

Après sa carrière de joueur, il a endossé le rôle d’entraîneur avec Neuchâtel YS, mais aussi avec le HC La Chaux-de-Fonds (HCC), le HC Bienne et Lausanne. Ebéniste de métier, il avait également été dirigeant de Neuchâtel YS en tant que directeur sportif dans les années 1990.

Il était resté proche du club neuchâtelois durant ses dernières années d’existence et suivait toujours l’actualité sportive avec passion. Il fut d’ailleurs consultant de la RTS en son temps.

par Julian Cerviño