Hockey - Mondiaux 2018: la Suisse s'impose 2-0 face à la Slovaquie

Après sa victoire difficile (3-2) face à l'Autriche, l'équipe de Suisse s'est imposée contre la Slovaquie (2-0). Les Suisses disputeront leur prochain match mardi soir face aux Tchèques.
06 mai 2018, 21:39
/ Màj. le 06 mai 2018 à 22:41
Les Suisses remportent leur deuxième victoire en s'imposant contre la Slovaquie.

L'équipe de Suisse a négocié comme elle le devait son deuxième match du Championnat du monde à Copenhague. La sélection de Patrick Fischer s'est imposée 2-0 contre la Slovaquie et prend la 3e place du groupe A derrière la Russie et la Suède.

Une première moitié de match maîtrisée a suffi à la Suisse pour écarter l'obstacle slovaque. Et contrairement au match inaugural face à l'Autriche la veille, les hommes de Patrick Fischer ont su apprendre de leurs erreurs et gérer l'avantage obtenu après 21 minutes. Mais en évoluant conformément à leur valeur, les Helvètes ont réalisé un match référence.

Une habile déviation de Scherwey à la 12e et un but de routinier du jeune défenseur Mirco Müller à 4 contre 5 (!) au tout début de la période médiane après seulement 22 secondes. Le Fribourgeois de Berne, encore une fois excellent, a parfaitement su voir Müller au milieu d'une zone défensive slovaque complètement désertée, et le Zurichois a ouvert son compteur sous le maillot national.

 

 

Quelques minutes de flou

Après l'excellente prestation de la ligne de parade helvétique (Niederreiter-Corvi-Hofmann) samedi après-midi, c'est la ligne de Gaëtan Haas qui a donné le ton à toute l'équipe sous les yeux du conseiller fédéral Guy Parmelin. Trop passif la veille face aux Autrichiens, le box-play helvétique a cette fois rempli son rôle à merveille en empêchant les Slovaques de construire un semblant de jeu de puissance.

La boîte suisse a aussi pu compter sur un Reto Berra à l'heure et auteur d'un superbe blanchissage, et du reste élu meilleur joueur du match. Titularisé dans la cage en lieu et place de Leonardo Genoni pour assurer une alternance et conserver un certain état de fraîcheur au sein de ses portiers, le futur gardien de Fribourg Gottéron s'est montré d'une grande solidité. Rarement mal placé, le Zurichois a rassuré ses coéquipiers lorsque la pression slovaque a atteint son paroxysme dans la deuxième partie du tiers médian. Aux abois, les joueurs de Patrick Fischer ont commencé à balbutier leur hockey et à donner bien trop d'opportunités à la formation coachée par Craig Ramsey. Et ce alors que le coach zougois avait intelligemment demandé son temps mort. Ce moment de flottement restera comme le seul faux-pas de la soirée.