Vers un superbe duel Barcelone - Real Madrid

Barcelone a plus qu'un pied en demi-finale
02 août 2015, 19:53
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39

Pour une équipe que son entraîneur estimait en danger, Barcelone s'est drôlement bien débrouillé chez lui face au Shakhtar Donetsk, impitoyablement dominé 5-1 en quart de finale aller de la Ligue des champions. De quoi déjà envisager une demi-finale contre le Real Madrid.

Il valait mieux ne pas être en retard au Camp Nou pour ne pas manquer l'ouverture du score, signée Iniesta à la 2e minute. Le très inspiré No 8 catalan a profité d'un cafouillage dans la surface ukrainienne pour s'en aller tromper astucieusement Andriy Pyatov. L'homme qui a offert la Coupe du monde à l'Espagne n'en est pas resté là. Son coup d'œil a en effet parfaitement vu l'appel de Daniel Alves, lequel a également grandement bénéficié de l'hésitation du portier ukrainien pour doubler la mise (34e).

Comme souvent, l'air de rien, Barcelone a tranquillement ruiné les plans de l'entraîneur adverse Mircea Lucescu, en s'appuyant sur ses fondamentaux. En fait, le pressing agressif et généreux de Donetsk n'a tenu qu'une vingtaine de minutes. Le temps pour le Barça de définitivement briser en deux le bloc opposé.

Rapidement, le quatuor offensif brésilien du Shakhtar s'est retrouvé bien trop isolé. Dans ces conditions, difficile pour les Ukrainiens d'espérer mieux que quelques opportunités sur contres, las pour eux mal négociées.

Pas aussi souverain que d'habitude en défense, Piqué s'est offert une nouvelle cerise en trompant Pyatov d'un tir dévié pour le 3-0 (53e). Autoritaires, les Espagnols n'ont pas laissé le loisir au Shakhtar de croire en sa chance. Keita, d'un missile dans la lucarne, a en effet vite répondu vite à la réduction du score de Rakitskiy (59e et 60e). Et Xavi s'est chargé de parachever l'œuvre catalane (86e). Il n'y avait décidément rien à faire pour les Ukrainiens.

ManU prend une option

Manchester United a fait un pas important en direction des demi-finales de la Ligue des champions. A Londres, les Red Devils ont battu un Chelsea décevant 1-0 grâce à une superbe réussite de Rooney à la 24e.

Cette rencontre aux airs de bataille d'Angleterre n'a pas déchaîné les passions. La faute essentiellement à Chelsea, loin d'évoluer à un haut niveau européen et qui aura besoin d'élever sensiblement le niveau de son jeu la semaine prochaine à Old Trafford pour éventuellement inverser la tendance. Sur la base de ce qui a été montré, il paraît probable que le rêve ultime du président Abramovitch d'enfin obtenir la consécration européenne devra attendre encore au moins un an.