La chronique d’Yves Dufour: «Mon compagnon ne peut s’empêcher de vouloir aller plus loin, alors que parfois j’ai juste besoin de tendresse»

Des interrogations sur votre vie sexuelle, votre intimité? Notre expert répond à vos questions via psychosexo.arcinfo.ch. Aujourd'hui, Yves Dufour, psychologue et sexologue neuchâtelois, répond à Marie, 36 ans, en couple depuis 8 ans.
07 nov. 2018, 16:00
/ Màj. le 07 nov. 2018 à 16:00
PsychoSexo v3_1000x562px

«Mon compagnon ne peut s’empêcher de vouloir aller plus loin lorsque nous nous retrouvons enlacés ou collés l’un à l’autre. Cela m’énerve, car parfois j’ai juste besoin de tendresse.»


Yves Dufour, psychologue et sexologue neuchâtelois, répond à Marie, 36 ans, en couple depuis 8 ans.

«S’il y a une chose dont vous pouvez être rassurée, c’est que votre conjoint a toujours du désir pour vous!

Ce que vous mentionnez dans votre remarque se retrouve fréquemment en consultation sexologique. La tendresse est peu présente dans la relation de couple, non pas par manque d’intérêt,  mais plus par crainte – surtout chez les femmes – qu’elle «déborde» et débouche sur quelque chose de plus sexuel.

Or la tendresse répond à des besoins exclusivement affectifs, contrairement à l’érotisme et aux relations sexuelles.
Chez beaucoup d’hommes, un simple contact corporel avec leur partenaire peut provoquer un début d’excitation et ce moment est vécu comme un signal à aller plus loin. Ce qui n’est pas forcément le cas chez la femme, où la distinction entre tendresse et désir sexuel est plus claire.

Il s’agira pour l’homme d’apprendre à gérer ce moment en acceptant de vivre une légère frustration, et pour la femme de bien communiquer ses besoins. L’apparition d’une érection ne doit pas nécessairement amener les partenaires à avoir des relations sexuelles!

Socialement, la tendresse se situe plus comme une caractéristique féminine. Très tôt déjà, on éduque les petits garçons à ne pas pleurer et donc à se développer sans pouvoir reconnaître une partie de leurs affects.

Encourageons donc les parents à tenir compte des aspects masculins et féminins auprès de leurs enfants, quel que soit leur sexe. Leur vie relationnelle d’adulte n’en sera que plus heureuse.»