Canton de Neuchâtel: l’éclairage nocturne des passages pour piétons est remis en question

«Les communes doivent être libres d’éteindre ou pas les passages pour piétons la nuit», soutient le Vert Laurent Debrot. Il a passé la nuit de vendredi à samedi à compter autos et promeneurs, à Coffrane, village plongé dans le noir depuis ce week-end.
26 août 2019, 16:02
/ Màj. le 26 août 2019 à 13:58
Selon le Vert Laurent Debrot, l’éclairage nocturne donne un faux sentiment de sécurité, induisant les automobilistes à rouler plus vite et les piétons à se mettre en danger.

Dans la nuit de vendredi à samedi, à minuit tapante, le village de Coffrane a été plongé dans le noir, ou presque. Les passages pour piétons restant éclairés. Posté devant l’un d’eux, le Vert Laurent Debrot s’est amusé à compter les promeneurs jusqu’à 3 heures. Il aurait mieux fait de compter les moutons. «Pas un piéton!», s’exclame-t-il.

L’élu écologiste conteste la décision du Conseil d’Etat en faveur du maintien des passages pour piétons allumés. «Les communes doivent être libres de les éteindre ou pas la nuit», insiste-t-il.

A lire aussi: Le Conseil d’Etat neuchâtelois veut des passages piétons éclairés

A ses yeux, la position du Conseil d’Etat pourrait retenir des communes qui envisagent d’éteindre leur éclairage. Le coût pour adapter le réseau électrique, en laissant les passages pour piétons allumés, est élevé, dit-il.

Par ailleurs, «l’éclairage donne un faux sentiment de sécurité aux automobilistes qui ont tendance à rouler plus vite, et aux piétons qui se mettent en danger», note encore Laurent Debrot.

par Antonella Fracasso