Université de Neuchâtel: trois millions de francs pour étudier l’herbier de Rousseau

L’Université de Neuchâtel recevra plus de 3 millions de francs pour une étude des collections botaniques de Jean-Jacques Rousseau et de plusieurs de ses contemporains.
18 juin 2019, 13:12
/ Màj. le 18 juin 2019 à 10:31
La recherche débutera en 2020.

L’Université de Neuchâtel a décroché un subside de plus de 3 millions de francs sur quatre ans pour une étude des collections botaniques de Jean-Jacques Rousseau et de plusieurs de ses contemporains.

«Le projet est né d’une volonté originale de mettre en commun des compétences en botanique et en histoire de la littérature pour comprendre les herbiers de Rousseau dispersés dans plusieurs institutions d’Europe et dont on n’a jamais étudié les spécimens dans leur ensemble», indique un communiqué diffusé ce mardi.

En quelques mots, il s’agit d’un point de départ pour une réflexion sur l’alliance entre les sciences et les lettres au XVIIIe siècle et sur l’héritage botanique des Lumières.

La recherche débutera officiellement en février 2020 pour une durée de quatre ans. Elle se décline en trois volets et fait partie de la nouvelle liste de projets Sinergia soutenus par le Fonds national suisse de la recherche scientifique.

Quatre chercheurs

Ce projet de recherche est porté par Jason Grant, professeur de botanique et conservateur des herbiers, et Nathalie Vuillemin, professeure en littérature et savoirs.

Il implique également Timothée Léchot, spécialiste de la littérature du XVIIIe siècle, qui coordonnera les recherches autour de Rousseau et de la constitution d’un herbier virtuel. A ses côtés, le botaniste et taxonomiste Pierre-Emmanuel Du Pasquier s’intéressera plus particulièrement aux botanistes neuchâtelois du XVIIIe siècle et à l’étude de la flore du canton.

par Bayron Schwyn