Thèse en 180 secondes: un Neuchâtelois 3e de la finale suisse

Le Neuchâtelois Etienne Morel est monté sur la troisième marche du podium lors de la première finale du concours "Ma thèse en 180 secondes". Une étudiante de l'Univeristé de Fribourg a décroché le premier prix.
10 juin 2016, 10:26
/ Màj. le 10 juin 2016 à 10:32
Etienne Morel de l'Université de Neuchâtel est monté sur la troisième marche du podium.

Désirée Koenig de l'Université de Fribourg a remporté jeudi soir la première finale suisse du concours francophone de vulgarisation et d’éloquence "Ma thèse en 180 secondes". Les trois premiers lauréats iront défendre les couleurs de la Suisse à Rabat cet automne.

La doctorante a présenté en trois minutes l'objet de son travail, intitulé "Mechanisms of organ regeneration in zebrafish" (ndlr, mécanismes de régénération des organes chez les poissons zèbres) aux quelque 500 personnes présentes dans une salle de l'Amphimax, bâtiment situé sur le campus universitaire de Lausanne. Celle qui est née et a grandi dans les montagnes du Jura bernois est affiliée à la faculté des sciences et remporte 1500 francs.

Le deuxième prix est allé à Guillaume Braidi, également de l'Université de Fribourg. L'étudiant qui a commencé son stage d'avocat à Genève en septembre a présenté dans le temps imparti sa thèse intitulée "L'individu en droit de la surveillance financière: Autorisation, obligations et interdiction d'exercer". Il remporte 1000 francs.

Etienne Morel de l'Université de Neuchâtel est monté sur la troisième marche du podium. Affilié à la faculté des lettres et sciences humaines son travail porte le titre suivant: "Le bricolage plurilingue dans la communication par texto: interprétation d'une pratique entre affiliation locale et aspiration globale". Son prix est doté de 750 francs.

Finale internationale à Rabat

Les trois lauréats participent à la finale internationale, le 29 septembre prochain à Rabat (Maroc), détaille la Conférence universitaire de Suisse occidentale dans son communiqué. Ils s'y mesureront aux candidats venus du Québec, de France, de Belgique, du Maroc et de plusieurs autres pays africains, et même d'Indonésie.

Le concours "Ma thèse en 180 secondes" a eu lieu pour la première fois en Australie à l'université du Queensland, en 2008. Le concept offre l'occasion aux candidats de parfaire leurs aptitudes en communication, tout en leur permettant de diffuser leurs recherches plus largement.